Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Quand Donald Trump revendique l'invention de “fake news”, c'est fake...

Clément Solym - 12.10.2017

Edition - International - Donald Trump news - fake news Trump - philosophie Donald Trump


Donald Trump ne peut pas s’en empêcher : quand il ouvre la bouche, c’est pour asséner une ânerie désarmante, tant il croit dur comme fer à la vérité de ce qu’il énonce. Et c’est ce qui fait sa force aux États-Unis, l’arrogante certitude que, même quand il ment, c’est vrai. 


Donald Trump
Gage Skidmore, CC BY 2.0
 

 

Dernièrement, Trump s’est amusé à railler les médias, affirmant qu’il avait inventé le terme fake news. Mais le très vigilant dictionnaire Merriam-Webster s’est rapidement fait un devoir de corriger le président. « Fake News », l’expression est connue désormais : elle désigne ces articles reposant sur des faits du moins approximatifs, sinon totalement erronés. Mais que l’on diffuse comme la Vraie Sainte Vérité.

 

 

Le dictionnaire Merriam-Webester assure que cette expression ne doit absolument rien à l’ingéniosité de Donald : on en trouve trace dès 1890, employée dans des journaux américains. Mieux : son apparition remonte au XVe siècle. 

 

 

Pour autant, le très sérieux dictionnaire ne fera pas entrer cette expression dans ses colonnes, contrairement à d’autres qui ont trouvé utile de lui donner une place à part entière. Ainsi, Dictionnary.com la définit comme un article, « souvent sensationnaliste, créé pour être largement partagé en ligne, dans le but de générer des revenus publicitaires, ou discréditer une personnalité publique, un mouvement, une compagnie ». 

 

"Vraiment un bon livre" (Donald Trump)

 

Et en parlant de fake news, en voici une bien bonne. Découvrant l’auteur d’un livre qui parle de lui, le président américain s’est manifesté toujours via son réseau favori. Dans son ouvrage, The Art of the Donald, Christopher Bedford entend délivrer « les leçons du philosophe en chef aux États-Unis ». Et passant sur la chaîne Fow News pour présenter son livre, il a bénéficié d’un soutien de qualité. Moins de trente minutes après le début de l’émission, message Twitter de Donald Trump : « Vraiment un bon livre ! », jure-t-il.

 

Les livres de fiction concurrencés par les clowneries de Donald Trump ?
 

Sans l’avoir lu, évidemment, mais sur la seule garantie qu’il vante ses mérites. Personnalité du camp conservateur, très renommé, Christopher Bedford est journaliste, rédacteur en chef du Daily Caller News Foundation. Dans son entretien sur la Fox, il explique que l’on méconnaît la véritable identité de Trump, « toujours sous-estimé ». 
 

D'internet aux fake news, Prévert, homme de collages et de médias

 

« Si les journalistes le prenaient un peu plus au sérieux, peut-être que les gens le prendraient plus au sérieux, et qu’il ne se planteraient pas », assure Christopher. Faudrait-il encore commencer par avoir un président avec un comportement qui le fait prendre au sérieux...  

 

 

 

via LA Times, HuffPost