Quand l'Arabie saoudite veut mettre à mort Ashraf Fayad, poète

Nicolas Gary - 28.11.2015

Edition - International - Arabie Saoudite - mort poète - religion liberté


Le poète palestinien Ashraf Fayad a été condamné à mort le 17 novembre dernier, pour un texte dans lequel il renonce à toute forme de foi. Une apostasie qui devrait lui coûter la vie, en vertu des lois saoudiennes, lesquelles puisent leurs sources dans la charia. Charmant. « Je suis sous le choc, mais c’était prévisible. Je n’ai cependant rien fait pour mériter la mort », assurait-il. Reste qu’il peut compter désormais sur le soutien de la communauté internationale. 

 

 

 

Être condamné à mort, pour avoir publiquement exprimé qu’il renonçait tant à la religion qu’à la foi, voilà qui est dur à avaler. En 2014, lors de la première instance, le poète avait écopé d’une peine de seulement quatre années de prison et 800 coups de fouet. Ce n’est pas parce qu’il est douillet qu’il fit appel, mais mal lui en prit : le tribunal a changé sa peine en une mise à mort.

 

Mais l’organisation Human Right Watch dénonçait que le tribunal n’avait pas souhaité le condamner à mort, parce que le poète avait tout de même présenté des excuses. Pour autant, un nouveau tribunal considérait que le repentir devait se faire devant Dieu en personne, et qu’à ce titre, les excuses ne suffisaient plus. 

 

Représentant du pays à l’occasion de la Biennale de Venise en 2013, Ashraf Fayad redoutait déjà la police religieuse qui sévit dans le Royaume. Une première détention au cours de cette même année avait finalement conduit à son arrestation en janvier 2014.

 

Aujourd'hui, on lui laisse jusqu’au 17 décembre pour faire appel de la décision.

 

Mobilisation des poètes du monde, "consternés"

 

Dans cet intervalle, plusieurs écrivains du PEN International se sont mobilisés dans une lettre ouverte aux tribunaux saoudiens. Carol Ann Duffy, Paul Muldoon ou encore Adonis en tête de liste, des poètes du monde entier tentent de faire entendre raison à la justice (tout est discutable...), et manifestent leur solidarité. 

 

Les preuves avancées par la justice saoudienne tiennent uniquement à leur lecture de ses poèmes ou des interventions sur Twitter – et même une conversation où on l’aurait entendu tenir des propos blasphématoires, dans un café d’Abha. « Nous, poètes du monde entier, sommes consternés que les autorités saoudiennes condamnent à mort le poète Palestine Ashraf Fayad, pour apostasie », écrivent les signataires. 

 

« Ce n’est pas un crime que d’avoir une idée, aussi impopulaire soit-elle, ni un crime d’exprimer une opinion, en toute quiétude. Chaque individu a la liberté de croire ou de ne pas croire. La liberté de conscience est une liberté humaine essentielle », flagellent-ils. Pour eux, la mise à mort de Fayad relève d’un exemple déplorable de « l’absence, en Arabie Saoudite, de tolérance pour la liberté d’expression, et de la persécution continue des libres penseurs ». 

 

Les autorités du pays entendront-elles la plainte, et les exigences des signataires ? 

 

De son côté, le poète a fait état dans le Guardian, de sa gratitude à l’égard des personnes qui se sont engagées dans la défense de sa cause. « Pour être honnête, je suis étonné parce que je me sentais seul ici. Je suis en bonne santé. Je tente de suivre tous les développements. Les gens devraient savoir que je ne suis pas opposé à quiconque ici : je suis un artiste et je recherche ma liberté », explique-t-il. 

 

Un soutien mondial

 

Une douzaine d’autres organisations internationales dédiées à la liberté d’expression et au respect des droits de l’homme se sont manifestées auprès des autorités saoudiennes. Un appel sera remis prochainement à l’ambassade de l’Arabie saoudite à Londres, par le PEN English, condamnant fermement la décision prise de mettre à mort le poète.

 

Une pétition a également été mise en ligne, et compte aujourd’hui 13.419 soutiens, en faveur d’une intervention pour sauver le poète. 

 

Privé de carte d’identité, le poète n’a pu bénéficier de l’aide d’un avocat pour se défendre. Pour Ashraf Fayadh, cette condamnation vient après de nombreux problèmes rencontrés avec la police religieuse. Pour ces amis, qui avaient alors lancé une page de soutien, la police religieuse n’ayant trouvé aucune trace « d’incitation à l’athéisme » dans ses poèmes, elle l’avait poursuivi pour avoir fumé et pour arborer des longs cheveux.

 

 

On pourra apporter sa signature à cette adresse.