Quand la parole d'un auteur déplait, attaquer en diffamation

Cécile Mazin - 25.05.2020

Edition - Justice - Ligue auteurs professionnels - difamation Joann Sfar - auteurs SGDL diffamation


De mémoire de juriste, c’est du rarement vu. Et cela fait doucement rire, sous cape — personne ne voudrait être vexant. La Société des Gens de Lettres vient pourtant de créer un précédent inattendu : porter plainte pour diffamation contre un auteur — la profession qu’elle a à cœur de défendre. Et pas n’importe qui : Joann Sfar. 


 

« La Société des Gens de Lettres (SGDL) dénonce les propos tenus par M. Joann SFAR, président d’honneur de la “Ligue des auteurs professionnels”, à l’antenne de France Inter le 23 mai 2020, et indique qu’elle va déposer une plainte pour diffamation devant le Procureur de la République. »
 
Ce communiqué ressemblait à un poisson d’avril manqué : il est vrai qu’avec le confinement, les plaisanteries du 1er étaient passées par pertes et profits. Le président d’honneur de la Ligue des auteurs professionnels, accusé de diffamation, sur fond de règlement de comptes, voilà qui ne passerait pas inaperçu.

Alors que Joann Sfar n’a jamais évoqué le fameux fonds SGLD/CNL doté de 2 millions €, l’organisme a cru voir dans les propos du dessinateur une allusion à cette aide d’urgence – il est vrai extrêmement critiqué, non sans raison.
Et bien entendu, la Ligue a réagi vivement à cette attaque un brin déplacée.

Elle déplore dans sa réponse que la SGDL n’ait finalement retenu de ses « remarques désillusionnées sur la manière dont est organisée l’aide aux auteurs », que ce qui semblait la viser. Et en guise d’explication, s’est donc rapprochée du procureur de la République pour un dépôt de plainte. 
 

« La Ligue des auteurs professionnels est consternée qu’une société fondée par des auteurs pour défendre les auteurs puisse envisager d’aller en justice contre un auteur. Et cela parce que sa parole libre lui déplait. Qu’en auraient pensé les fondateurs ? Qu’en pensent aujourd’hui les membres de la SGDL ? Comment est-ce seulement possible ? »

Et d’assurer que le droit à la liberté de parole du dessinateur, romancier, et réalisateur, sera défendu par la Ligue. La sienne, comme celle de tous les autres. « Y compris quand ils ne seront pas d’accord avec elle. »


Crédit photo : stevepb CC 0


Commentaires
Une honte !!! Et quand on sait ce que Joann Sfar a fait pour les auteurs par ses paroles médiatiques ! Les auteurs ont bien raison de demander une autre représentation que celle actuelle, c'est DRAMATIQUE !!! Qui décide à la SGDL??? Ils ne sont pas capables d'attaquer l'Agessa ou le SNE mais attaquent UN AUTEUR???
Il serait intéressant de préciser ce qu'a concrètement fait l'omnipotent et riche Joann Sfar pour les auteurs... Hormis se vanter dans les médias lors de chaque sortie de ses multiples BD-films-romans-chansons-carnets-gribouillages-expos-comédiesmusicales-recettesdecuisine-coursdegym-et-compagnie. Cette plainte n'aboutira sûrement pas. Mais ce n'est pas parce que la SGDL attaque un auteur qu'elle ne défend pas les autres. Faut pas confondre un individu et le reste de la collectivité. Surtout lorsqu'il ne sait pas dessiner.
Eh bien, c'est sûr que vous n'aimez pas le bonhomme. Mais quel est le rapport avec son intervention sur France Inter ? Qu'est-ce que la situation, les réalisations et le talent de Sfar a-t-il à voir avec un procès en diffamation ?

On peut ne pas aimer le gars, mais ce n'est pas le propos.
La SGDL part d'une bonne intention, mais parfois sa gestion est... étrange. Moi et plusieurs personnes avons par le passé signalé des concours d'écriture abusifs (à l'image de ceux lancés régulièrement par PKJ), nous avons toujours eu un mail comme quoi la SGDL se penchait sur ces cas qui se résument à du travail gratuit, puis plus rien. Je ne sais pas ce qu'il en est des déclarations de Mr. Sfar, mais j'ai parfois l'impression que c'est au petit bonheur la chance avec cet organisme, et qu'ils réagissent quand ça les arrange bien.
Je ne comprends pas les gens qui s'étonnent... On vit dans une société de l'instant et de l'image... Où le bon sens est évacué au profit... du profit, du sondage et de la présence médiatique.

On a la société qu'on veut après tout... « En même temps », on n'a pas forcé les gens à mettre en place des élites qui dessinent notre avenir. En plus, c'est marqué dans leur programme et leur parcours.

Alors, s'étonner de la réaction des gens du système, comme la SGDL, est amusant. Vous connaissez sans doute la fameuse citation de Bossuet : Dieu se rit des hommes...
Je trouve normal et justifié que Sfar soit jugé responsable de ses propos distopiques. On ne peut pas raconter n'importe quoi. Le chat du Rabbin s'est marché sur la queue, qu'il le reconnaisse !
Qu'est-ce que le titre d'un livre vient faire dans votre absence d'argumentation ? Serait-ce une référence orientée ?
Monsieur Fremion, dans sa "Lettre à Joann Sfar" (lien ci-dessous*), qu'Actualitté, étrangement (?) n'a pas relayée sur son site, fait une remarque qui a retenu mon attention :



"Ce genre d’accusation [de détournement de fonds publics] est pourtant récurrent, mais ce sont des élus d’extrême-droite qui s’y livrent et aucun n’est jamais allé jusqu’à la plainte judiciaire, et pour cause."



Simple observateur de ce débat, sans parti pris, cela m'amène à me poser cette question, à laquelle M. SFAR pourrait sans doute repondre :



Pourquoi lui-même, et la Ligue des Auteurs qu'il represente, n'ont-t-ils pas saisi le juge s'ils estiment, comme l'a clairement dit M. Sfar au micro d'une radio du service public (qui l'emploie par ailleurs si je ne me trompe), que l'association en question ne reverserait pas aux auteurs les sommes qu'elle devrait leur verser ?



J'arrête là, car dire que M. Sfar, et la Ligue des Auteurs qu'il represente,

emploient les méthodes "de l'extrême droire", serait de la diffamation.



Mais peut-être serait-il interessant que le journal Actualitté, apres avoir allegrement donné de la voix à ces accusations, fasse un travail de journalisme (si ce n'est pas trop lui demander), en interrogeant l'intéressé par exemple, pour savoir de quels elements il tire ces conclusions définitives, quelles sont les preuves ou les indices qui l'y conduisent ?



J'espère qu'Actualitte apportera bien vite des éléments probants pour illustrer ses propos, qui à ce stade m'apparaissent n'être rien d'autre que des accusations bien faiblement étayées....



* : https://www.actuabd.com/YVES-FREMION-Lettre-ouverte-a-Joann-Sfar?fbclid=IwAR2PtGPMShB7TTkHCRiZUGefTn96-W2uyiDLNWvKweTZLID1rY8A68l6NMc
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.