Quand le contribuable belge paye la promotion des éditeurs français

Nicolas Gary - 14.06.2018

Edition - International - Belgique aide édition - vente livres belges - auteurs éditeurs Belgique


Les éditeurs belges malmenés... par leurs propres partenaires ? L’histoire que vivent les maisons de Bruxelles et Wallonie semble irréelle : sous couvert de garantir une représentativité des auteurs, les maisons françaises tirent la couverture à elles. Soutien à la Belgique, oui, mais pourvu qu’elle soit française, donc.

 

Manneken Pis

Le Manneken Pis... dans un violon ? – christian_grimm, CC BY 2.0


 

Dans le cadre des salons qui se tiennent en France – Montreuil, dédié à la jeunesse ou Livre Paris, plus généraliste – les éditeurs belges en deviendraient schizophrènes. Soit ils disposent des moyens financiers pour acheter leur propre stand, soit ils passent par les services de la librairie Wallonie Bruxelles. Une alternative commode, en somme.


Cette dernière est rattachée au Centre Wallonie-Bruxelles, et ses actions se sont diversifiées avec le temps. 
 

Depuis 2013, la librairie est en effet devenue distributrice : elle avait originellement le rôle de comptoir pour les éditeurs belges francophones – ceux qui ne disposaient pas d’un distributeur français. L’activité s’arrêta en 2012 pour les autres maisons qu’universitaires.


Désormais, la librairie présente « le panorama le plus complet de la production éditoriale de Wallonie et de Bruxelles ». Autrement dit, plus de 6000 titres, à travers 300 éditeurs et revues. Dans les salons, elle intervient ainsi comme relais, assurant une présence belge.
 

Sauf que les conditions à respecter repoussent les limites de l’absurde, estiment certaines maisons. 
 

“Mais sans rire, ça est pas la peine de raconter des carabistouilles”


Affirmant la primordiale promotion de la littérature belge, la librairie n’accepte en salons que les auteurs belges, même publiés par des maisons francophones – et donc principalement françaises. Une maison belge, avec des auteurs dont la belgitude ne serait pas attestée, n’a pas le droit de cité. 
 

« La plaisanterie passe mal », commente une éditrice… « Mes illustratrices et illustrateurs français, présent(e)s à Montreuil, ne peuvent pas venir dédicacer sur le stand qui me représente. »

 

En réalité, cet état de fait dure depuis plusieurs années, avec une attitude aussi éloignée des besoins de l’édition de Bruxelles et Wallonie que Quiévrain de Marseille. Si la promotion des auteurs belges tombe sous le coup du bon sens, cette exclusion systématique des maisons vire au burlesque contre-productif. 
 

Belgique Wallonie Bruxelles - Livre Paris 2016
stand Wallonie-Bruxelles – ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

« Par la loi du nombre, cela fait la part belle aux grandes maisons françaises », constate un éditeur. « Cela n’enlève rien à la qualité des textes de ces auteur.e.s, mais les maisons, qui disposent déjà de vastes stands ont-elle besoin que la Belgique leur déroule un tapis rouge, avec l’argent du contribuable belge ? »

 

On le constate d’ailleurs sur les espaces qu’occupent les Régions lors de Livre Paris, par exemple : les stands sont occupés par des éditeurs régionaux, indépendamment des auteurs qu’ils publient. 
 

Impression à la demande :
lire québécois n'aura jamais été aussi simple

 

« À une époque où nous aurions, chacun, besoin de consolider notre image de marque, et donc notre place sur le marché français, la solution qu’impose la Librairie Wallonie Bruxelles laisse sans voix. »

 

La ministre de la Culture, Alda Greoli, a été dernièrement sensibilisée à cet enjeu de représentativité. La promotion des lettres belges doit-elle profiter... aux éditeurs français ? 

 

En s’ancrant dans une politique de défense de la belgitude du seul point de vue des auteurs, la Fédération saperait le travail des maisons. Et de poser la question à la ministre : « Est-il vraiment impossible en Wallonie d’oser soutenir les éditeurs qui ont une ambition et de les aider à grandir ? »

La question se pose : il ne faudrait pas que l'édition locale fasse trop de bruits, elle ! 
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.