Le Black Panther coloring book, ou les coloriages de propagande du FBI

Antoine Oury - 21.07.2015

Edition - Société - Black Panther Party - FBI - coloriage


Créé à la fin des années 1960, quelques mois après l'assassinat de Malcolm X, le Black Panther Party, parce qu'il fait la synthèse entre la défense des droits civiques, la lutte contre la ségrégation et la guerre du Vietnam, devient une des organisations dans la ligne de mire du FBI. Le Federal Bureau of Investigation, encore sous la coupe de J.Edgar Hoover, met en place le programme d'infiltration et de destruction de l'intérieur COINTELPRO. Celui-ci permet le recours à des méthodes pour le moins... douteuses.

 

 

 

Désinformations, rumeurs et diffamations se développent alors autour de l'organisation : tous les prétextes sont bons pour discréditer le Black Panther Party (BPP). Comme le rappelle Panthères Noires, de Tom Van Eersel (L'échappée, 2006), le BPP avait développé nombre de programmes sociaux, et notamment un programme de distribution de petits-déjeuners gratuits.

 

Ces programmes sont doublement problématiques pour l'agence gouvernementale : ils présentent le BPP comme une organisation assez éloignée de l'image violente, voire mafieuse, colportée dans les médias de masse américains, et ils lui permettent de communiquer directement avec la population, base de la révolution souhaitée par le BPP. Il faut se souvenir que les Panthères émettent des idées clairement marxistes, ce qui n'est pas pour plaire dans une Amérique pas encore libérale, mais capitaliste à fond.

 

En 1969, à San Francisco, un des lieux où les petits-déjeuners gratuits sont les plus prisés, des agents du FBI se procurent un étrange « Black Panther coloring book », plutôt agressif. Des enfants noirs y sont représentés en train d'assassiner des policiers, caricaturés en « pigs », l'argot utilisé pour désigner les flics racistes.

 

 

Le cahier de coloriages est l'œuvre d'un militant de Sacramento qui cherchait à s'attirer les faveurs des cadres du Parti : sauf que l'enfer est pavé de bonnes intentions, et que le BPP cherche justement à éviter ce genre de mauvaise publicité, qui nuit particulièrement à son combat en véhiculant une image d'homme noir agressif et violent. Bobby Seale, cofondateur du BPP avec Huey P. Newton, exige la disparition des livrets.

 

Mais, à Los Angeles, un membre du BPP, Larry Clayton Powell, a déjà pris l'initiative d'imprimer et de distribuer un millier d'exemplaires du Black Panther coloring book, sur ses fonds propres. Rapidement interpellé par les autorités, Powell déclare que le BPP est en contact avec la mafia locale, et que ses objectifs sont clairement criminels. Le BPP multiplie les communiqués pour se désolidariser de ce militant gênant, mais le coup porté est violent.

 

Quelques années plus tard, le Congrès américain mènera l'enquête pour mettre à jour les méthodes de répression utilisées par le FBI : on y découvrira que Larry Clayton Powell travaillait depuis 1967 pour la police de Los Angeles, et avait assumé le rôle d'un agent infiltré au sein du BPP, pour le FBI...


Pour approfondir

Editeur :
Genre : noirs américains
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782915830071

Panthères noires ; histoire du black panther party

" Si tu me tires dessus, je te tire dessus " est le message que fait passer le Black Panther Party à la police d'Oakland en 1966. S'inscrivant dans la filiation des mouvements d'émancipation noirs aux Etats-Unis, ses membres passent de la théorie à l'action. Ils représentent le réveil de l'homme noir face aux violences physiques et sociales dont il est victime. Ni intégrationnistes, ni séparatistes, leur objectif est la Révolution. Pour l'atteindre ils mettent en place des actions concrètes contre la pauvreté et l'aliénation

J'achète ce livre grand format à 12.20 €