Quand Le magicien d'Oz nous parle de Platon, Hegel ou Kant

Clément Solym - 05.01.2009

Edition - Les maisons - magicien - Oz - philosophie


Un professeur de l'université Southern Illinois, de Carbondale vient de jeter un regard quelque peu pénétrant dans l'univers du Magicien d'Oz, à travers son adaptation filmographique de 1939, mais surtout le livre de L. Frank Baum.

Randall E. Auxier, l'auteur de The Wizard of Oz and Philosophy, tend à montrer la teneur philosophique du livre, en s'appuyant sur les divers protagonistes qui peuplent le livre. Il ne fait aucun doute que ce livre a su toucher la culture américaine, mais qu'il implique des discussions avec les thèses de Platon, Hegle Hume ou Kant, voilà qui ne manque pas d'originalité.

Considérer les compagnons de Dorothy comme des principes de vertu, c'est assez évident cependant, voire posent les problématiques typiques que l'on attend du principe qu'ils incarnent. Toutefois, le professeur pointe des casse-tête philosophiques comme le fait que l'eau fasse fondre la sorcière. Ou encore, que dans le film le Kansas soit en gris alors qu'Oz est en technicolor.

« J'ai recours à la philosophie pour aider les gens à la comprendre et à s'en servir. Je veux écrire des livres de philo que les gens puissent lire. Je cherche véritablement à la rendre plus digeste à travers un moyen populaire. » Car de fait, on ne discute pas réellement avec Platon, mais on part du Magicien pour aller comprendre le philosophe grec, de même que Campbell ou Engels.

Un exercice de vulgarisation, en somme tout à fait intéressant.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.