Quand le ministère de l'Education paie pour avoir des oreilles sur internet

Clément Solym - 12.11.2008

Edition - Société - ministère - éducation - veille


Même si ce système de veille existait déjà depuis 2006, le renouvellement de ce contrat entre le ministère de l’Education et un institut privé spécialisé fait grand bruit. Le premier appel d’offre avait été remporté par la société de stratégie d'opinion « I et E ».

On vient d’apprendre que le renouvellement de ce contrait a fait l’objet d’un appel d’offres publié au Journal officiel le 4 novembre dernier. Voici les lots proposés : 1- «Veille de l'opinion pour le compte du ministère de l'Éducation nationale, 100 000 € H.T. »; 2- « veille pour l'Enseignement supérieur, 120 000 € H.T.

Cette information n’a pas manqué d’exciter la planète internet. Le ministère de l’Education est donc prêt à payer pour mieux cerner qui sont les leaders d’opinion et les lieux de leurs agissements. Et pourtant, il paraît qu'il est quelque peu désargenté... Engager le dialogue directement avec l'ensemble des partenaires pourrait être moins coûteux...

Alors que les réformes actuellement lancée ne font pas plus l’unanimité que les suppressions de postes, le contexte est porteur pour découvrir sur le web des dizaines de voix s’élevant contre les choix du ministère. La société qui remportera l’appel d’offres pour l’ensemble de l’année 2009 aura certainement beaucoup de travail…

Cette dernière devra notamment repérer les lanceurs d'alerte, décrypter les sources de débat et leurs modes de propagation ainsi qu’anticiper les risques de contagion et de crises. Un beau programme.