Quand les cadeaux se revendent, le livre reste le chouchou de Noël

Nicolas Gary - 26.12.2015

Edition - Economie - produits culturels - livres DVD - revendre internet


Nul n’en doutait : comme chaque année, les cadeaux de Noël se retrouvent sur internet, revendus bien rapidement. Si les Français se sont emballés, avant de les déballer, pour les produits high-tech, la culture n’est pas en reste, comme l'indique un sondage effectué par Toluna pour LSA. Et comme toujours, ce sont les livres qui ont été les plus offerts, très loin devant tout autre bien culturel.

 

arbre_noel_lecture_vente_internet_cadeaux

Kenny Louie, CC BY 2.0

 

 

Représentant 60,1 % des cadeaux cultures, les livres dépassent de loin les DVD (à 39,2 %) et la musique (à 37,7 %). D’ailleurs, 68,4 % des cadeaux offerts relevaient de l’un de ces trois secteurs, indique le sondage – la plupart du temps choisis par des femmes, à 62,2 %. Ces dernières achètent davantage de la littérature, adulte ou jeunesse, alors que les hommes préfèrent offrir polars et science-fiction.

 

Dans l’ensemble, les ouvrages sont principalement portés sur 

la cuisine et le vin à 11,3 %

la littérature à 11 %

les policiers à 10,2 %

littérature jeunesse et ado à 9,9 %

BD et manga à 9,1 %

 

Le goût pour l’image se retrouve plus prononcé avec les DVD, puisque 11,5 % des galettes achetées sont des dessins animés et 8,2 % du fantastique et SF. « La culture a toujours du succès à Noël avec 68,4 % des Français qui offrent des livres, vidéos ou de la musique. Au sein de la catégorie Culture, le livre reste un grand classique avec 60,1 % des Français qui en offrent à Noël », assure l’étude.

 

Smartphones ou montre connectée ?

 

Côté high-tech, on retrouve le téléphone portable, qui dépasse les tablettes pour les fêtes de 2015. À 9,8 %, les smartphones sont plus chouchoutés que les tablettes, restées à 8,7 %. Derrière suivent les consoles de jeu, les ordinateurs et les casques audio (8,1 %, 7,4 % et 6,9 %). Récemment apparue, la montre connectée a fait une belle percée, de même que les ordinateurs regagnent du terrain alors que les appareils photo sont en léger recul. 

 

Les montres connectées gagnent 7 places, en l’espace d’une année, passant à la 10e position, depuis 2014. 

 

L’une des grandes nouvelles, tout à l’honneur de l’enseigne, est que Fnac serait passée devant Amazon, pour les achats de cadeaux culturels. Pour Philippe Guilbert, directeur général de Toluna, cela s’explique « grâce à ses promotions et aux coffrets qui arrivent à déclencher l’achat d’indécis ». 

 

En effet, selon les estimations, Fnac représenterait 35 % de ce secteur d’achats, contre 32 % pour Amazon. La comparaison est étrange, puisque Fnac revendique un déploiement multicanal depuis plusieurs années désormais – de même que les autres grandes surfaces listées – alors qu’Amazon ne dispose que d’une perspective commerciale en ligne. Ce qui démontrerait, en creux, que la société américaine reste probablement de loin leader dans les achats online. 

 

Ce que confirme d’ailleurs le sondage, au moins dans le domaine des cadeaux high-tech. « Amazon a très bien lancé sa saison de Noël grâce à sa Cyber Week qui a remplacé le Black Friday en France, et devance nettement FNAC », poursuit Philippe Guilbert. Amazon devance en effet Fnac sur ce point. (via LSA)

 

Sitôt ouvert, sitôt sur les plateformes de vente

 

Depuis maintenant plusieurs années, PriceMinister, « revendeur officiel du Père Noël » annonce la couleur : les cadeaux de Noël se retrouvent sur la toile, revendus assez rapidement. OpinionWay a conduit le sondage, avant les fêtes, pour définir le portrait type de la personne qui revend – et de son alter ego, qui ne s’y résout pas. 

 

Principalement, les jeunes de 18 à 34 ans montrent moins de réticence, avec une situation géographique plutôt dans la région parisienne, et dans le Nord Ouest. En revanche, les régions du Sud-Ouest et du Nord-Est apprécient moins cette méthode. Moins d’un quart des Français assument d’ailleurs totalement cette idée, en l’affichant ouvertement. De même, 42 % assurent qu’ils ne seraient pas embarrassés en l’apprenant. Chose anecdotique : le dernier et 36e tome d’Astérix et Obélix, Le papyrus de César, fait partie des produits souvent reçus en double, affirme la société, auprès de l’AFP.

 

 

 

« Ce phénomène de la revente des cadeaux de Noël se renouvelle sans cesse depuis 13 ans. Nous assistons cette année à l’émergence d’une nouvelle catégorie de population qui se met à la revente, les plus jeunes, 18-24 ans. Ils utilisent majoritairement leur mobile, sont sensibles aux problèmes d’environnement et sont ouverts aux astuces qui leur permettent d’optimiser leur pouvoir d’achat, comme la revente d’un cadeau », assure Olivier Mathiot, Cofondateur et Président de PriceMinister-Rakuten. 

 

Les motivations sont assez diverses : 38 % revendent parce que le cadeau ne leu plaît pas, contre 35 % pour des questions d’écologie. Le même cadeau reçu deux fois représente 22 % des reventes, mais seuls 9 % vendent par besoin d’argent. 

 

Et dans le top, on retrouve bien entendu les produits culturels les plus prisés pour les hommes : 

Les CD/DVD : 22 %

Les jeux vidéo : 21 %

Les objets déco : 14 %

Le high-tech : 12 %

Les livres : 10 % 

Et pour les femmes

Les CD/DVD : 20 %

Les objets déco : 18 %

Les jeux vidéo : 14 %

Le high-tech : 11 %

Les livres : 12 %

 

 

L’enseigne n’est pas la seule à évoquer cette facilité de revente : Le Bon Coin s’est en effet fendu d’un message, pour se débarrasser de présents indésirables. Ainsi, 80.000 objets neufs ont débarqué dès vendredi midi, assure le site. « Il y a beaucoup de pragmatisme. Les gens revendent leurs cadeaux parce qu’ils n’en ont pas l’utilité. Mais aussi souvent parce que ça permet ensuite de s’offrir autre chose », analyse le président de LBC, Antoine Jouteau. 

 

Selon TNS Sofres, six Français sur dix seraient plutôt d’accord avec cette méthode. Et la mise en vente, cette seconde vie des cadeaux, se prolongerait d’ailleurs jusqu’à la fin du mois de janvier.