Quand les maisons des auteurs sont en grand péril

Clément Solym - 20.06.2008

Edition - Société - maison - auteurs - subvetions


Allez petit quizz : qu'ont de commun Mark Twain, Edith Warton, Cahrles Bukowski ? Ils furent écrivains, exact. Américains, aussi. Alors, approfondissons, qu'ont ces trois auteurs de commun avec les Américains d'aujourd'hui ? Eh bien leur patrimoine immobilier dégringole. Mais pour eux, c'est au sens littéral.

Un toit, tout juste... mais les fondations...

L'exemple de Twain, dont la maison est devenue un musée avait déjà été évoqué dans nos colonnes et tandis que l'opinion s'émouvait, rien ne changeait pour elle. Le musée n'a même plus de quoi s'acheter les ampoules nécessaires à son éclairage.

Et pour certains experts, plusieurs de ces villas ne seront plus que légendes si l'on ne bouge pas rapidement. En France, souvenez-vous, le problème est à peu près le même pour des bâtisses comme celle de Colette ou de Proust.

Mais voilà, des experts viennent de nouveau de tirer, un peu plus fort, pour qu'on les entende mieux, la sonnette d'urgence, en montrant que les aides du gouvernement sont infinitésimales, quand les associations en reçoivent, que les touristes nécessitent des aménagements, et que ces derniers sont coûteux.

Selon le National Trust for Historic Preservation, office de préservation des musées, ils seraient entre 9.000 et 10.000 musées implantés dans les maisons des écrivains. « Et beaucoup bricolent avec trois fois rien », reconnaît le président Richard Moe.