Quartier livres, unique librairie de Forbach, fait appel au crowdfunding

Cécile Mazin - 22.08.2016

Edition - Librairies - rentrée littéraire librairie - Forbach Quartier Livres - financement participatif librairie


La course est lancée pour les 560 romans de la rentrée, qui n’auront qu’une poignée de semaines pour convaincre, ou disparaître. Cruelle course, qui, cette année, est un peu moins violente : elle compte 29 livres de moins que l’an passé. Mais pour toutes les librairies, c’est avant tout l’enfer des cartons qui débarquent à foison. Un enfer d’autant plus douloureux quand l’établissement va mal...

 

 

 

« Comme vous le savez peut-être, la librairie traverse actuellement une période difficile. De ce fait, nous avons créé une campagne de financement participatif », explique l’équipe de la librairie. « Votre aide nous est précieuse, et nous avons réellement besoin de vous pour permettre à la librairie de subsister, et pour pouvoir continuer à vous proposer des services de qualité et les conseils avisés de nos libraires ! »

 

En tout, l’établissement va tenter l’aventure du crowdfunding pour un montant minimum de 15.000 € – tout dépassement sera un bonus pour la trésorerie de l’établissement nous indique Valerie Orlandini, directrice de l’établissement.

 

Inauguré en octobre 2014, l’établissement comblait un vide depuis la fermeture de la librairie du réseau Chapitre en février de la même année. Plusieurs semaines de travaux avaient précédé l’ouverture, qui avait bénéficié de plusieurs aides – issues des programmes du CNL, de l’ADELC, mais également de la Drac et d’autres organismes publics. 

 

Le financement participatif, pour sauver Quartier livres

 

Un challenge qui aura duré moins de deux années, après la mise en ligne du site internet de l’établissement, durant le mois de juillet 2016. Au Républicain lorrain, Valérie Orlandini explique qu’en octobre, la librairie doit également s’ouvrir à la revente de livres d’occasion, mais, en attendant, le bilan est trop lourd. 

 

« Car, malgré tous nos efforts, notre librairie reste dans une phase difficile. Ce projet Ulule semble être une solution pour continuer l’aventure et assurer notre sécurité financière », précise-t-elle. 

 

Opération trop ambitieuse que d’ouvrir cette librairie ? Il avait fallu à l’équipe partir de rien, pour parvenir à monter un lieu d’accueil, qui avait souffert de retards dans ses travaux d’aménagements. Avec sept salariés à son lancement – d’anciennes employées de Chapitre – la responsable était pleine d’entrain. 

 

Mais après deux années d’activité, la situation devient trop tendue. « Il faut trouver une solution rapidement pour ne pas obliger nos clients à aller voir ailleurs ou à commander sur internet quand ils ne trouvent pas ce qu’ils cherchent chez nous. » La situation de libraire indépendant est difficilement tenable assure-t-elle, en l’absence de soutien financier – et avec des marges toujours très faibles

 

ActuaLitté n'est pas parvenu à joindre la responsable de l'établissement pour obtenir de plus amples informations. La plateforme Ulule devrait, quant à elle, accueillir prochainement la page de crowdfunding. Affaire à suivre.