Quatre auteurs rencontrent le succès grâce aux réseaux sociaux

Clément Solym - 08.08.2011

Edition - Société - reseaux - sociaux - succes


L'avancée du numérique et le développement des ebooks continuent de bouleverser le marché du livre, comme le lecteur attentif aura pu s'en apercevoir en lisant nos colonnes.

Auto-édités, livres gratuits libres de droits, offre payante, location... les offres se multiplient et les moyens de se faire connaître avec elles.
Derniers en date à se faire remarquer, quatre auteurs dont le succès doit tout aux réseaux sociaux.

D'abord John Geen et The Fault in our Stars premier sur Amazon et sur Barnes & Noble. Sauf que l'ouvrage ne paraître qu'en 2012. D'où vient son succès ? A peine a-t-il fait la promotion de son livre à paraître sur Twitter auprès de son million de suiveurs que le nombre de pré-commandes de l'ouvrage l'a propulsé numéro 1.


A tel point que son éditeur s'en est amusé, sur Twitter également (@penguinusa), indiquant : "un indice sur le roman de John Green, il est encore en cours d'écriture !". Et l'auteur de répondre : "Hahahahah Ne te moque pas de moi société toute puissante ou je refuserai de le finir ! ;)

Viennent ensuite Laura Hillenbrand avec Unbroken, qui suivant le jeu suggéré par son éditeur, s'est prêtée à l'interaction avec ses lecteurs sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et un blog dédié). Laura Hillenbrand est l'auteur de Seabiscuit, meilleure vente du New York Times de cette année.

En 3e place est Blake Northcott qui, alors qu'elle écrivait son V.S. Reality, s'est constituée une communauté de 16 000 suiveurs sur Twitter et de 1 700 fans sur Facebook. Ces derniers jours, elle a été consacrée par Goodreads.com la dixième canadienne la plus suivie sur le site.

Enfin, Duane Swierczynski. Alors qu'il écrivait Secret Dead Blog, l'auteur en a fait sa promotion sur les réseaux sociaux, vendant des bons de pré-commandes en choisissant des lecteurs au hasard auxquels il a offert des objets personnels ou des cartes postales dédicacées.

Résultat : un succès massif dans les quatre cas, et une communauté de fan plus vivante que jamais pour chacun.
De quoi convaincre n'importe quel réfractaire aux réseaux sociaux de s'ouvrir un tant soit peu à ces médias de communication...

(via Mashable)