Québec : 45 000 livres de “Recettes pompettes” détruits

Clément Solym - 25.10.2017

Edition - International - agression sexuelle télévision - québec pilon livres - recettes pompettes lirve


Les accusations d’agressions sexuelles se poursuivent au Canada, avec des répercussions dans l’ensemble de la société. C’est une nouvelle fois l’édition qui est touchée, mais par ricochet : les éditions Michel Lafon se voient contraintes de détruire les 45.000 exemplaires imprimés de Recettes pompettes. L’animateur de l’émission qui a inspiré le livre est au cœur d’une affaire...



 

 

Éric Salvail, producteur et animateur de l’émission Recettes pompettes est depuis quelques jours sous le feu des projecteurs. Accusé par plusieurs femmes et hommes d’inconduite : une dizaine de témoignages attestent de faits qui seraient survenus entre 2000 et 2015. 

 

Séduction lourde, avances sexuelles, exhibition de ses parties génitales... tout y passe. Et depuis que l’information est dégainée, l’émission perd tout soutien. Les partenaires V Média et Radio-Canada, en charge de la diffusion de En mode Salvail, qu'il animait, ont même contraint à la revente de la boîte de production pour que Salvail & Co ne soit plus lié à l’homme.

 

Voilà une dizaine de jours, c’était pourtant le beau fixe : l’émission avait connu une telle popularité que sortait Les recettes pompettes – Le livre, présenté par Éric Salvail, créé par Étienne Marcoux. 

 

Publié par les éditions Michel Lafon, ce recueil devait permettre de réaliser, non sans une certaine approximation, les recettes proposées dans l’émission. Mais avec le scandale, les 45.000 titres ne sont plus pris nulle part. 

 

« Pour nous, c’est pure perte. Mais on n’a pas le choix. Les libraires ne le prennent pas. Et on a eu 350 présentoirs annulés dans les marchés IGA et Metro. [...] Les dommages collatéraux de cette affaire sont très importants pour les employés de Salvail & Co, mais aussi pour des entreprises comme la mienne. Comment anticiper ce genre d’événement ? », interroge l’éditrice, Elsa Lafon, citée par La presse.




 

L’ouvrage prévu le 9 novembre, qui se présentait avec une photo de l’animateur en couverture, ne passe nulle part. En attendant, il a été supprimé du site canadien de l’éditeur, et disparaît progressivement des sites de vente en ligne.

 

Et pour comble de l’ironie, une autobiographie de Gilbert Rozon, producteur canadien devait paraître chez l’éditeur. Or, le fondateur du festival Juste pour rire est également accusé d’agression sexuelle. Pour le coup, il a été possible d’anticiper les dégâts : le livre ne devait sortir qu’en avril. 

 

Québec : un éditeur accusé de
multiples agressions sexuelles

 

Éric Salvail, de son côté, avait diffusé un message sur les réseaux pour tenter une justification – avant que l’ensemble de ses comptes Twitter et Facebook ne disparaissent : « Je vous avoue être fortement ébranlé par les propos publiés ce matin. J’aborde cette situation avec énormément d’empathie pour tous ceux et celles à qui j’aurais pu causer un malaise ou quelque forme de préjudice que ce soit. Je n’ai jamais eu l’intention d’indisposer quiconque. En pareilles circonstances, j’ai la chance d’avoir le soutien de mes proches, de mes collègues et de mon conjoint. Je choisis donc de prendre une pause professionnelle de quelques jours. Une pause qui me permettra de faire le point sur les événements. »

 

Et côté édition...
 

Notons également que, Michel Brûlé, éditeur et fondateur de la maison Editions des Intouchables, mis en cause la semaine passée, pour des accusations semblables a réagi sur sa page Facebook.

 

« Contrairement à notre système de justice, il semble que les médias et notre société n’accordent pas la présomption d’innocence, et on m’a déjà jugé et condamné. Dans le climat inquisitoire de dénonciations, dans lequel nous sommes plongés, tous les coups seront permis et il y aura autant d’incriminations nécessaires que de règlements de comptes et d’assassinats politiques. »

 

Il annonce également qu’il retire sa candidature à la mairie de Plateau-Mont-Royal et se déclare décidé à se battre « pour rétablir les faits ». (via Le Devoir)