Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Québec : avec le rachat de Prologue, Renaud-Bray inquiète les librairies

Victor De Sepausy - 30.09.2017

Edition - Librairies - québec librairies concentration - Renaud Bray librairies - commerce livre québec


Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais l’opération sème le trouble auprès des libraires indépendants. Le groupe Renaud-Bray vient de racheter le service de diffusion/distribution de livres Prologue. Ce dernier exerce une activité sur l’ensemble de la francophonie, avec près de 4500 clients revendeurs, libraires et points de vente pour le seul territoire canadien.



 

Dans un premier temps, c’est la coopérative des Librairies indépendantes du Québec, réunissant 110 établissements qui a réagi : elle fait ainsi part de ses inquiétudes vis-à-vis de la concentration qu’entraîne cette transaction, une tendance déjà constatée sur le territoire.

 

Cette transaction dévoile la stratégie de Renaud-Bray de construire un empire intégré verticalement : il contrôle aujourd’hui les deux plus grandes chaînes de librairies (Renaud-Bray et Archambault, ainsi que les librairies Olivieri et Paragraphe), des plateformes Web et dorénavant le diffuseur et distributeur Prologue, troisième en importance au Québec et qui offre au Canada les titres de plus de 200 éditeurs québécois ou étrangers.
 

Une telle nouvelle ne peut que causer l’inquiétude du milieu. Pour le réseau des librairies indépendantes, l’appréhension se situe notamment sur l’accès de Renaud-Bray à des informations commerciales privilégiées, et sur la fragilisation éventuelle de certains acteurs de l’industrie, entre autres, les éditeurs, les autres distributeurs et les différents détaillants.

« Nous surveillerons attentivement les conséquences de cette acquisition sur les pratiques commerciales déployées par le groupe, sur les pressions exercées sur le milieu éditorial local et sur les orientations futures de cette structure de distribution », explique la coopérative.
 

"En littérature jeunesse, le Québec n'a pas peur d'aborder certains sujets frontalement"


Alexandre Bergeron, président de la coopérative Les librairies, souligne son inquiétude : « Le Groupe Renaud-Bray pourra par cette transaction accentuer le poids important qu’il exerce sur l’industrie du livre québécois. Cela constitue une force de frappe énorme pour un seul joueur. Nous devons tous demeurer vigilants. »

 

Librairie Indépendante, réellement ?

 

Le mandat de la librairie indépendante s’articule autour de la proximité, de la diversité et du service. Chaque librairie possède sa propre personnalité. C’est un lieu de conseil où le livre de fonds est souvent mis de l’avant. Le libraire indépendant se distingue par sa connaissance et sa passion du métier, son professionnalisme, ses animations, son service de qualité et son implication dans sa communauté.
 

De son côté, l’Association des libraires du Québec est d’avis que Renaud-Bray aura un accès privilégié à certains chiffres et informations concernant les librairies indépendantes et les compétiteurs en général, ce qui, potentiellement, est extrêmement dommageable pour le monde des librairies. De plus, l’ALQ se demande si les conditions commerciales pratiquées par Prologue/Renaud-Bray seront les mêmes pour tous. 
 

Des libraires à domicile : aider chacun à accéder à la lecture 


« Qu’en sera-t-il, entre autres, de l’accès équitable à l’ensemble des livres diffusés ? S’il y a lieu, quel type de pression commerciale sera exercée sur l’édition au Québec : pour le bien des idées et de la libre circulation de la pensée, il est impératif que celle-ci puisse maintenir son indépendance éditoriale totale et contrôler sa destinée, nonobstant les partenaires avec lesquels elle choisit de danser », s’interroge Eric Blackburn, Président de l’ALQ. 

 

D’ailleurs à ce stade, « il est difficile de prévoir les décisions qui seront prises par ce très puissant nouveau joueur. Peut-on supposer que Renaud-Bray jouera franc-jeu et respectera l’indépendance de chacun des acteurs de tous les maillons de la chaîne du livre ? Nous espérons vivement que ce sera le cas, sans quoi cette nouvelle donne, plutôt que de chercher à rééquilibrer le marché de la distribution, pourrait le faire basculer dans une regrettable mise à mal de la bibliodiversité dont la principale victime, in fine, serait le lectorat ».