Québec : budget en hausse pour la culture, les écrivains sceptiques

Clément Solym - 29.03.2018

Edition - Economie - québec budget culture - hausse budget culture - écrivains québec budget


La présentation du budget 2018-2019 pour le Québec, réalisée par le ministre des Finances Carlos Leitão, laisse le secteur culturel dubitatif. Certes, les chiffres montrent des avancées favorables. Mais pour l’Union des écrivains, « beaucoup de questions restent sans réponse ». 


Marie Montpetit
Marie Montpetit, ministre de la Culture - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Avec 539 millions $ prévus pour les six années prochaines, le Budget semble avoir fait un effort réel : l’UNEQ évoque en effet « des aspects intéressants et valorisants pour la Culture ». Pour autant, il ne s’agirait que d’un juste retour des choses, attendu que l’industrie du livre « n’a pas été épargnée par la politique d’austérité des dernières années ».

 

Le montant ainsi alloué à la culture représente 1,1 % du budget global de la Province. Notons que le Conseil des Arts et des lettres (CALQ), ainsi que la Société des entreprises culturelles du Québec (Sodec), se voient accorder une enveloppe supplémentaire de 100 millions $ sur 5 ans – soit 168,9 millions $. 

 

Sur les 539 millions, 509 millions $ seront alloués à la mise en œuvre de la politique culturelle du Québec. L’ensemble des dépenses pour le ministère de la Culture et de la Communication est en hausse de 11 %, pour atteindre 778,3 millions $ – du jamais vu en 20 ans. 

 

L’organisation rappelle également que les mesures concrètes n’interviendront qu’à l’occasion de la présentation du Plan d’action de la politique culturelle. Il serait encore trop tôt pour les réjouissances dans le secteur du livre – et plus encore, pour les écrivains, relève l’UNEQ.

 

« Nous espérons vivement que les créateurs seront au cœur du Plan d’action du gouvernement. L’enjeu est de taille pour notre société. Il faut assurer un développement et une pérennité dans les financements accordés aux artistes et aux organismes culturels, ainsi qu’une valorisation de la lecture, la clé de tout apprentissage. Ce sont les conditions nécessaires à un projet de société basé sur la diversité et l’excellence en culture », souligne Suzanne Aubry, la présidente, dans un communiqué.

 

Le droit d'auteur au Canada,
bientôt quantité négligeable ?

 

En revanche, elle salue la décision d’appliquer des taxes provinciales aux sociétés étrangères offrant en ligne des biens et services intangibles. Québec devient en effet la première province du Canada à instaurer une pareille mesure, permettant d’avancer vers une juste concurrence entre acteurs, dans l’économie numérique. 

 

Avec une revendication toutefois : « L’UNEQ, à l’instar de la Coalition pour la culture et les médias, demande à ce qu’une bonne partie des revenus additionnels ainsi récoltés par le gouvernement soit réinvestie dans la culture et les médias, et que le gouvernement prenne d’autres mesures afin de taxer les compagnies étrangères qui offrent des biens et services en ligne de l’extérieur du Québec. »


De son côté, la Coalition Culture, regroupant plusieurs organisations dont l’Association des libraires du Québec et l’Association nationale des éditeurs de livres (et l’UNEQ), insiste : « Une vision financière à long terme, essentielle à la créativité, reste aujourd’hui manquante », note Josée Tremblay, directrice générale du Conseil de culture des régions de Québec et Chaudière-Appalaches, co-porte-parole de la Coalition.

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.