Québec : la librairie Olivieri ferme, première victime du Covid-19

Clément Solym - 28.04.2020

Edition - Librairies - Olivieri Québec librairie - Renaud Bray enseigne - librairie Québec fermeture


En septembre 2016, la librairie indépendante Olivieri rejoignait l’enseigne Renaud Bray. Un chamboulement au Québec, où les professionnels y lisaient une fois de plus la voracité de Blaise Renaud, le PDG. Un chamboulement qui vient de prendre fin, avec l’annonce de la fermeture définitive…



 
« Nous sommes enthousiastes par les perspectives d’avenir qui s’ouvrent à nous, et sommes ravis de souhaiter une chaleureuse bienvenue aux employés d’Archambault qui rejoignent notre organisation », assuraient à l’époque Rina Olivieri et Yvon Lachance, les cofondateurs.

Mais la crise sanitaire n’épargne personne : voilà une quinzaine de jours, Blaise Renaud, PDG du groupe qui depuis avait racheté le distributeur Prologue, se faisait menaçant. 
 

Un gouvernement aux abonnés absents


Selon lui, l’industrie du livre au Québec était mal en point. Et s’il avait obtenu un report des loyers, la vraie difficulté venait d’ailleurs : « Mais à court terme, le problème [le plus urgent] n’est pas les loyers, mais bien les créances entre les différents acteurs de la chaîne du livre. Si eux ferment leurs portes dans deux semaines, c’est compliqué pour Renaud-Bray de survivre tout seul. »

Après le coup de semonce, il semble que les conséquences s’enchainent rapidement : dans un communiqué on apprend donc que la librairie et le bistro Olivieri ferment définitivement, après 35 années de loyaux services. Une fermeture temporaire était survenue le 20 mars, suite à la pandémie, mais qui n’aura fait qu’alourdir la situation de l’entreprise. 

« Olivieri est la première librairie québécoise victime collatérale de la pandémie, et ce même si elle est établie depuis plus de 35 ans. Il faut éviter à tout prix que cette catastrophe, pourtant annoncée, ne se reproduise et déclenche des fermetures en cascade », analyse Émilie L. Laguerre, directrice des communications de Renaud-Bray.

Avec une marge de profit entre 1 et 1,5 %, souligne le groupe Renaud-Bray, et alors que le gouvernement québécois ne propose que des solutions de prêts, le devenir était sombre. Le groupe représente pourtant 40 % des ventes de livre au détail au Québec, mais déplore l’absence d’aide gouvernementale ad hoc. Et prévient : Olivieri pourrait n’être que la première d’une triste liste.
 

Des travaux par-dessus


« La fermeture d’Olivieri créera un énorme vide dans la vie culturelle de Côte-des-Neiges et de Montréal, mais aussi dans le quotidien de beaucoup d’habitués qui la fréquentaient depuis 35 ans », ajoutent Rina Olivieri et Yvon Lachance.

Et de conclure : « Triste ou heureuse constatation, Olivieri fermera ses portes, radieuse et plus belle que jamais grâce à Renaud-Bray, qui nous aura permis de poursuivre notre engagement. Personne n’avait pu prévoir cette crise. »

Cependant, le coronavirus ne serait pas seul responsable : le virus incarne avant tout la goutte d’eau, dont le vase sature. « La construction de nouveaux condos à l’emplacement du St-Hubert se traduira par une diminution de l’achalandage et affectera gravement les activités de la librairie et du bistro. Les opérations de ce dernier en seront particulièrement affectées », commentent-ils sur Facebook.

« Impossible d’ouvrir une terrasse, dont tous auraient si besoin cet été, dans le bruit et la poussière. Et impossible de relancer Olivieri dans un contexte de distanciation sociale, sans événements et sans bistro. »

Les explications s’accumulent, mais la réalité finale demeure.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.