Québec : la refonte de l'Anel et la question du droit d'auteur

Clément Solym - 11.09.2012

Edition - International - loi 51 - québec - ANEL


Fin août, l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), qui encourage le développement d'une édition nationale et favorise sa promotion et sa diffusion, annonçait l'arrivée de 14 nouveaux membres, dont une majorité d'éditeurs spécialisés en création et en littérature. Rappelons qu'en novembre 2010, plusieurs éditeurs littéraires avaient choisi de se joindre plutôt au tout neuf Groupement des éditeurs littéraires (GELi).

 

 

 

 

Après avoir subi des reproches concernant l'organisation et son engagement auprès des acteurs du livre, l'Anel a décidé de faire « un examen de conscience » et de « créer un comité de refondation ».

 

Ainsi, la représentation des types d'édition au conseil d'administration a été repensée. « Les comités se réuniront désormais autour de thèmes — édition numérique, droit d'auteur, etc. — plutôt que par secteur éditorial », annonçait déjà Le Devoir

 

« Après 20 ans, l'Association nationale des éditeurs de livres se transforme », déclare l'Anel dans un communiqué.  Et d'annoncer que l'association tiendra son Assemblée générale annuelle le jeudi 13 septembre prochain à 14 h 30 au  Centre d'archives de Montréal.

 

« Cette assemblée générale en sera une complète refondation puisque les membres de l'ANEL éliront un tout nouveau conseil d'administration, après avoir adopté plus tôt cette année un nouveau règlement général », ajoute l'Anel.

 

Préalablement, une table ronde intitulée Rouvrir  la Loi 51 : défis et enjeux, ouverte à tous, examinera la pertinence de la Loi 51 actuellement au Québec, d'une nécessité ou non de modifier la loi quant à l'apparition des nouvelles technologies numériques et quant à la réglementation du prix du livre papier. « Plus généralement, à quoi devrait ressembler la chaîne du livre de demain ? La Loi 51 remplit-elle encore sa mission ? ».

 

Denis Vaugeois, éditeur, ancien ministre des Affaires culturelles du Québec et père de la loi 51, Gérald Larose, président du Comité sur les pratiques commerciales dans le domaine du livre en 2000, Louise Guillemette-Labory, Ghislain Roussel, et Pierre Bourdon, libraire, distributeur et éditeur formeront le panel de cette table ronde, qui sera animée par le journaliste Pierre Maisonneuve.