medias

Québec : les auteurs oubliés dans les aides du plan de relance ?

Cécile Mazin - 05.06.2020

Edition - International - Québec auteurs aides - crise sanitaire québec - gouvernement province Québec


Le gouvernement du Québec et ses 400 millions $ promis a-t-il oublié les auteurs ? Dans sa présentation de l’aide aux industries culturelles, la ministre Nathalie Roy, listait plusieurs mesures bien fléchées. Cependant, le plan de relance provoque quelques réserves chez les écrivains.

ambiance salon montréal

 

L’UNEQ déplore en effet qu’« aucune aide directe » ne soit prévue pour les écrivains. L’unique mesure du plan de relance — comprenant 250 millions $ d’argent neuf — les concernant porte sur « la bonification du budget du Conseil des arts et des lettres du Québec ». Autrement dit, des bourses de création plus nombreuses.

Un total de 4 millions $, à répartir toutefois entre les différentes disciplines : arts du cirque, arts visuels, arts numériques, chanson, cinéma et vidéo, danse, métiers d’art, musique, recherche architecturale, théâtre... ainsi que la littérature et le conte. 

En outre, les écrivains ne seraient pas éligibles au fonds d’urgence, présenté le 1er juin. Ce dernier est géré par l’Union des Artistes et la Guilde des musiciens, mais rien n’explique cette discrimination pointe l’UNEQ.

La présidente, Suzanne Aubry, tempête : « L’urgence pour plusieurs de nos membres n’est pas de déposer une demande de bourse pour un nouveau projet de création, dont les résultats seront connus quelque part à l’automne et demeurent imprévisibles, car rappelons que le dépôt d’une demande ne garantit en rien l’obtention d’une aide. L’urgence, c’est de savoir comment ils vont passer au travers de l’été ! »

Et en l’état, le plan de relance du gouvernement ne répondrait pas à l’exigence du moment. 
 
Même son de cloche concernant l’encouragement de la ministre — et le budget de 14 millions $ alloué — pour favoriser le recours au numérique. 

« Cette tendance forte nous inquiète. Faut-il rappeler que les écrivaines et les écrivains n’ont aucune entente collective encadrant leurs conditions de travail ni aucune grille tarifaire validée ? Faut-il rappeler que rien n’encadre les activités d’une écrivaine ou d’un écrivain sur une plateforme numérique ? », commente le directeur général de l’UNEQ. 

Ainsi, l’unique porte de sortie serait celle ouverte par Ottawa, aide fédérale, là où le soutien provincial ferait défaut. « Nous demandons au Premier ministre Justin Trudeau de prolonger la Prestation Canadienne d’urgence pour nos artistes, en leur permettant d’y avoir accès pour quatre mois supplémentaires », conclut Suzanne Aubry. 


photo d'illustration : ActuaLitté CC BY SA 2.0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.