Québec : les éditions jeunesse de la Courte Échelle ont un repreneur

Cécile Mazin - 08.12.2014

Edition - Les maisons - Courte échelle - édition Québec - industrie livre


Mises en faillite le 10 octobre dernier, les éditions La Courte échelle, viennent de trouver de nouveaux propriétaires, apprend-on dans un communiqué de presse. Cette renaissance sera possible grâce à l'intervention de Raymond Talbot, ancien propriétaire des librairies Champigny. Avec lui, sa fille Mariève, prendra donc la responsabilité de la structure.

 

 

 

Père et fille seront donc réunis pour affronter les auteurs et illustrateurs : la maison d'édition a en effet contracté des dettes vis-à-vis de leurs auteurs, mais dans les prochaines semaines, tout devrait revenir à la normale.  Les droits d'auteurs dus entre 2013 et 2014, s'élèveraient cependant à plus de 300.000 $ CA (plus de 2010.000 €). 

 

Les acquéreurs se sont engagés à verser aux écrivains québécois et canadiens « qui poursuivront leur collaboration avec la nouvelle équipe » la totalité des redevances impayées en 2013 et 2014. 

 

« L'UNEQ ne peut qu'applaudir à cet engagement de payer intégralement le montant dû en droits d'auteur qui s'élève à plus de 300 000 dollars. Cela démontre la volonté du nouveau propriétaire de partir du bon pied et de bâtir une relation de confiance avec les auteurs, essentielle pour la bonne reprise des affaires », se félicite la présidente de l'Union, Danièle Simpson.

 

C'est par ailleurs grâce à une mobilisation de l'UNEQ, ainsi qu'Illustration Québec et Hachette Canada qu'il a été possible d'organiser un stand dédié à La Courte échelle, pour l'occasion du Salon du livre de Montréal. 

 

Pour Mariève Talbot, future directrice de la maison : « La courte échelle est un fleuron de la littérature jeunesse au Québec. Plusieurs lecteurs ont découvert leur passion pour la littérature en tenant pour la première fois un livre de cette célèbre maison d'édition, alors qu'ils étaient enfants. Son acquisition et sa relance sont pour nous le début d'une superbe aventure. »

 

Fondée en 1978, la maison avait suscité un vif émoi au sein de l'industrie québécoise du livre, lors de l'annonce de sa faillite.