medias

Québec : les professionnels pour "un juste prix du livre"

Clément Solym - 24.08.2012

Edition - Justice - Québec - prix unique du livre - réglementation


Les associations professionnelles du livre au Québec ont mis en ligne un nouveau site pour revendiquer la création d'un prix unique du livre sur son territoire.  Depuis ce 22 août, l'industrie affiche donc sa mobilisation « pour réclamer une réglementation », qui fait cruellement défaut aux acteurs de la chaîne. 

 

 

 

 

Alignés derrière la Table de concertation du livre, les professionnels signent tout à la fois une lettre ouverte aux autorités et une déclaration, pour interpeller « les différents partis politiques, dans la foulée de la campagne électorale provinciale ». S'appuyant sur les résultats probants en Europe, spécialement en France et en Allemagne, les professionnels pointent également les exemples du Mexique ou d'Israël, qui ont su se doter d'une pareille législation. 

 

A contrario, les pays qui ont supprimé leur législation se retrouvent aujourd'hui avec des acteurs fragilisés, et plus spécifiquement, les réseaux de librairie. « Il est important que le Québec se dote d'une nouvelle réglementation sur le prix des nouveautés littéraires », explique Pascal Chamaillard, président de l'Association des distributeurs exclusifs de livres en langue française (ADELF).

 

Trois objectifs sont clairement définis, dès la page d'accueil du site :

  • Pour protéger la culture québécoise
  • Pour préserver la diversité culturelle
  • Pour soutenir nos auteurs

 

Dans un communiqué, Gaston Bellemarre, président de l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), ajoute :« Le secteur de la commercialisation du livre a connu de nombreuses mutations et nous sommes convaincus qu'une telle réglementation permettra à la société québécoise d'accéder à une littérature riche et variée. Une réglementation sur le prix du livre est un dispositif qui agit de façon positive à plusieurs égards, notamment en ralentissant l'augmentation du prix de tous les livres. »

 

Au Québec, nous entretenons un lien privilégié avec nos créateurs, qui incarnent la culture qui nous est propre.  Le livre, première industrie culturelle québécoise, emploie 12000 personnes et génère près de 800 M $ annuellement. Cette industrie est aujourd'hui gravement fragilisée par la vente à rabais des best-sellers dans les magasins à grande surface et sur Internet. Dans ce contexte, le milieu du livre se mobilise pour réclamer d'urgence aux pouvoirs publics une réglementation du prix de vente des nouveautés au Québec.

Sans protection, nous craignons une diminution de la diversité de l'offre culturelle, ce qui signifie une offre moins variée pour le lecteur. En fait, les grandes surfaces vendent les best-sellers à perte pour attirer la clientèle dans les autres rayons de leur commerce. Si les libraires ne peuvent concurrencer pour la vente des best-sellers, comment pourront-ils survivre en gardant des inventaires de milliers de livres qui s'écoulent plus lentement ?

La réglementation que nous réclamons permettrait non seulement de défendre la vitalité et la diversité du livre au Québec, mais également de préserver notre réseau de librairies qui est en situation précaire. La solution est pourtant simple : vendre partout les livres à leur juste prix, c'est-à-dire au prix normal, établi par l'éditeur pour les neuf premiers mois suivant leur parution. Au-delà de cette période, le prix du livre obéirait aux lois du libre marché.

 

« Sans réglementation, c'est tout un pan de l'industrie culturelle qui est menacé de disparition, entraînant la suppression du vaste choix de titres disponibles aux lecteurs », conclut Hervé Foulon, éditeur et président du Conseil consultatif de la lecture et du livre (CCLL).

 

Et d'inviter donc les leaders des partis politiques à s'intéresser au sujet, mais également à « inscrire la question du prix des nouveautés dans le domaine du livre au cœur de leur plan d'action et enjoint le prochain gouvernement de prendre les dispositions nécessaires afin qu'un règlement en ce sens puisse rapidement être adopté lors de la prochaine session parlementaire ».

 

En 1981, la Loi 51 permit cette protection du marché, et à offert au pays un véritable souffle pour son industrie. Parmi les pays ayant adopté un prix unique du livre, on compte la Corée du Sud, le Mexique, la Norvège, la Hongrie, la Grèce, l'Espagne, l'Autriche, le Japon, les Pays-Bas et le Portugal

 

Israël sera probablement le prochain pays à adopter ce type de législation, actuellement débattue à la Knesset, l'assemblée locale. (voir notre actualitté

 

Nos livres à juste prix

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.