Québec : les ventes de livres s'effondrent de 30 % sur le mois de mars

Clément Solym - 17.04.2020

Edition - Economie - quebec bande dessinée - ventes livres Québec - mars coronavirus ventes


Voilà moins d’un mois que le Québec s’est mis en pause : le 23 mars, le gouvernement du Premier ministre François Legault imposait une fermeture des commerces non essentiels, jusqu’au 13 avril. La période de confinement vient d’être reconduite jusqu’au 4 mai. Et dans l’industrie du livre, les premiers résultats tombent.

Librairie Gallimard Montréal
Librairie Gallimard Montréal - ActuaLItté, CC BY SA 2.0


« Une fois passé ce sommet, ça va devenir, effectivement, un équilibre entre la santé, mais aussi l’économie parce qu’on a besoin de l’économie pour créer de la richesse, pour donner des services de santé et tous les services qu’on donne à la population », assurait le Premier ministre. 

Ce sommet, c’est celui du pic de propagation, que les observateurs de toutes les nations attendent avec impatience. À date, le Québec compte 15.857 confirmés de coronavirus, pour 630 décès. 

Entre temps, Gaspard, l’indicateur des ventes de livres pour le territoire de la Belle Province vient de fournir ses données sur mars. On y trouve les résultats suivants différents comparatifs : les éditeurs québécois, les éditeurs étrangers et un panorama des ventes totales. 


 
Une seule réalité s’impose : seule la bande dessinée parvient, tant pour les éditeurs locaux que pour les étrangers, à sortir du lot. C’est en effet l’unique segment dans un comparatif 2020 vs 2019 à maintenir des ventes positives — + 5,6 % au total. Ce sont les éditeurs québécois qui s’en sortent mieux avec 10,2 % de hausse, contre 4,5 % pour les éditeurs étrangers. Mais une fois encore, ces données établissent un comparatif entre 2019 et 2020, sur le premier trimestre. Le marché chute alors de 6,2 % entre le T1 2019 et 2020.


 

Si l’on observe le mois de mars 2019 vs mars 2020 strictement, tous les curseurs sont au négatif — et c’est la littérature qui tire le mieux son épingle du jeu. Elle ne recule que de 16,5 %, pour les éditeurs québécois contre 19 % pour les éditeurs étrangers. Le delta 2019/2020 est de 17,4 %. Le marché perd en effet 29,7 % en moyenne — et même la BD ne parvient qu’à limiter la casse avec - 20,6 % sur la totalité des ventes.



 
Gaspard établit ses relevés sur 105 points de vente de librairies comparables – à l’exclusion des librairies en milieu scolaire et grande diffusion.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.