Québec : première Journée des librairies indépendantes, le 18 juin

Cécile Mazin - 27.05.2016

Edition - Librairies - journée librairies indépendantes - Québec libraires fête - 18 juin fête librairie


Ce 18 juin, les librairies indépendantes du Québec seront à l’honneur : le réseau Les libraires organise la première journée dédiée aux établissements. Une journée chargée de démontrer « l’importance de la librairie comme lieu culturel et comme endroit de promotion de la littérature », expliquent les organisateurs. Au menu, rencontres, activités originales et découvertes : tout pour enchanter le public, et le convaincre de (re)venir.

 

 

 

Le public lecteur sera invité à se rendre dans sa librairie de proximité pour rencontrer des auteurs, pour assister à des animations variées et pour découvrir les ouvrages des écrivains d’ici et d’ailleurs. C’est donc 100 librairies indépendantes, des quatre coins du Québec, du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario, qui célébreront la littérature à leur façon : les libraires à la plage, lunch musical, causeries de fond, improvisation littéraire et plusieurs autres. 

 

« Avec cette journée, les libraires souhaitent lancer la saison estivale de belle façon », précise le réseau Les libraires. 

 

Et comme toute journée se doit d’avoir un représentant, c’est à Anaïs Barbeau-Lavalette que revient d’être la porte-parole. Lauréate du Prix des libraires du Québec 2016, catégorie roman, l’auteure de La femme qui fuit a un contact particulier avec le libraire : « Le libraire est celui qui couve et partage les racines de notre imaginaire collectif », explique Anaïs Barbeau-Lavalette.

 

Dans le même temps, Francis Desharnais, bédéiste et illustrateur qui avait inauguré la campagne L’illustrateur de saison, a réalisé une affiche toute particulière. Cette autre initiative a été doit amener l’auteur à produire des dessins pour la revue Les Libraires, avec une affiche promotionnelle, la couverture d’un numéro ainsi que la couverture du carnet de suggestions de lecture. 

 

Pour la fête des indépendants, il s’est inspiré du conte de Lewis Carroll, avec une Alice ayant trouvé son pays des merveilles dans une librairie. Depuis mai 2016, le réseau compte sur la présence du bédéiste Francis Desharnais à titre d’illustrateur de la saison. « Cette initiative permet de souligner l’ampleur du talent des créateurs d’ici », poursuit le communiqué.

 

Comme il est de coutume, un hashtag accompagnera l’événement sur les réseaux, #fetersalibrairie.

 

Un marché du livre qui perd du terrain

 

Cette fête ne manquera pas de rappeler l’initiative espagnole de la San Jordi, reprise en France à travers la journée du 23 avril, la fête de la librairie indépendante – dans chacune, une rose est offerte aux clients. Au Québec, les statistiques fournies par l’OCCQ, indiquaient, en septembre 2015, que l’ensemble du secteur de la vente de livre avait subi une sérieuse perte : un recul de 10 % des ventes avec 622 millions $ CA.

 

« Dans l’ensemble, on peut dire que le marché du livre au Québec s’est fortement contracté en 2014. Le même phénomène semble être en voie de se reproduire en 2015, le premier semestre affichant un recul de 7,1 % », concluait l’analyse

 

Entre décembre 2015 et décembre 2014, les dernières statistiques fournies semblent indiquer un nouveau recul, avec 608 millions $ CA de chiffre d’affaires cumulés, soit 2,7 % de diminution. Les librairies semblent pourtant les moins touchées, puisqu’elles n’enregistrent que 2 % de recul, là où la grande diffusion accuse le coup de 7,2 % de recul. 

 

Et le livre numérique n’est pas encore en mesure de compenser quoi que ce soit : avec 7,43 millions $ CA de chiffre d’affaires cumulé sur l’année 2015, le marché est en léger repli avec 0,2 % de pertes. Pour l’heure, l’année 2016 semble légèrement remonter : le marché enregistre 1,41 million $ de CA, avec + 1,7 %. 

 

L'occasion pour le réseau de rappeler que « le mandat de la librairie indépendante s’articule autour de la proximité, de la diversité et du service. Chacune possède sa propre personnalité. C’est un lieu de conseil où le livre de fond est souvent mis de l’avant. Le libraire indépendant se distingue par sa connaissance et sa passion du métier, son professionnalisme, son service de qualité et son implication dans sa communauté. »