Québec : Sauvons les livres s'adresse à la nouvelle ministre de la Culture

Julien Helmlinger - 24.04.2014

Edition - International - Québec - Prix du livre - Hélène David


Maka Kotto avait annoncé, au cours du mois de septembre dernier, que la réglementation du prix du livre « ne prendrait pas 5 ans » au Québec. Mais le mouvement Sauvons les livres, qui regroupe des auteurs, libraires et éditeurs, n'a de cesse de rappeler combien « ça urge ». À peine nommée ministre de la Culture du gouvernement libéral de Philippe Couillard, Hélène David a été interpellée dès aujourd'hui par le mouvement. Celui-ci tient à faire savoir qu'il est toujours là, et projette de multiplier les interventions pour obtenir la régulation au plus vite.

 

 

Crédits : Parti Libéral du Québec

 

 

Le mouvement y est allé de son communiqué, au lendemain de la Journée mondiale du livre et du droit d'auteur, communiqué que l'on peut notamment lire sur le site de l'Uneq en son intégralité. Tandis que 7 nouvelles librairies auraient fermé leurs portes depuis le début de l'année, la publication entend alerter « les partisans du laisser-faire et du laisser-aller que cette approche mène tout droit à la catastrophe ». S'il s'agit de sauver les professionnels du secteur en évitant la guerre des prix, il s'agit également de garantir la diversité de l'offre pour la communauté des lecteurs.

 

Si la question ne met pas forcément tout le monde au diapason, et notamment pas les libéraux qui viennent de remporter les élections, le communiqué soutient que :

 

Le prix réglementé sur les nouveautés durant les neuf premiers mois est la solution qui a fait l'objet d'un consensus historique dans le milieu du livre au Québec en 2013 au terme de plus de deux années de réflexion menée par des intervenants crédibles et qui possèdent une vaste expertise dans le domaine. Leur voix doit être entendue. La mesure aurait des effets structurants et procurerait de l'oxygène aux librairies dont elles ont un urgent besoin. Les libraires pourraient ainsi prendre le temps de revoir leur modèle d'affaires et de s'ajuster aux nouvelles exigences du marché.

 

Le mouvement s'inquiète de ce que l'absence de cadre réglementaire pourrait éventuellement conduire à une situation quasi-monopolistique sur le marché du livre local. En permettant notamment au guépard Amazon, de croquer davantage de part de marché sans même avoir à créer de l'emploi, s'acquitter d'impôts, ou défendre la langue, la littérature et la culture francophones outre-Atlantique.

 

Sauvons les livres estime plutôt que « les écrivains québécois doivent pouvoir compter sur un large réseau de librairies présent dans toutes les régions, pour diffuser leurs œuvres et espérer vivre de leur travail de création ». La réglementation lui apparaît en conséquence comme un « minimum vital » pour le secteur livresque, et le mouvement réclame du nouveau gouvernement qu'il suive la voie tracée par les promesses du précédent ministre de la Culture, Maka Kotto.

 

Pas dans 5 ans, donc.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.