Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Quelle place pour les religions et la laïcité au sein des bibliothèques ?

Cécile Mazin - 10.01.2017

Edition - Bibliothèques - laîcité bibliothèques citoyens - faits religieux France - mission accès connaissance


RAPPORT – Alors que la laïcité est au cœur de multiples réflexions, le ministère de la Culture a reçu un rapport, en début d’année, portant sur Laïcité et fait religieux dans les bibliothèques publiques. Réalisé par Françoise Legendre, Inspecteur général des bibliothèques, ce dernier propose des approches « concrètes et opérationnelles », apportant aux établissements du territoire un faisceau de réflexions.

 

Jewish Menorah, Confucius statue, miniature axe, books on a shelf, MIRACLES: Past, Present, Future; science, art, religion, medicine, Wu Hsing Tao Acupuncture School, Seattle, Washington, USA

Wonderlane, CC BY 2.0

 

 

Que l’Inspection générale de bibliothèque traite à son tour des enjeux de laïcité et de fait religieux dans les établissements ne manque pas d’à-propos. Si l’on peut brandir une confession chrétienne comme garantie de ses bonnes intentions à l’égard de la sécurité sociale, il est temps que les établissements de prêt s’emparent de ces questions.

 

Le rapport pose tout d’abord les différentes bases juridiques qui encadrent droits et devoirs, tant du côté des personnels que des utilisateurs. « Aucune mention concernant les appartenances ou opinions religieuses des citoyens ne peut figurer au niveau de l’état civil, des questionnaires de recensement, ni sur les données des fonctionnaires », rappelle-t-on, à toutes fins utiles.

 

De la laïcité aux faits religieux, le rapport porté également sur les nécessaires pratiques et politiques documentaires, inscrites dans le cadre d’actions culturelles. « Il souligne l’importance de politiques d’accueil explicites et cohérentes, de démarches de médiation culturelle et numériques adaptées. Accompagnement des personnels, partenariats et mises en réseaux, identification et mutualisation de compétences, éducation aux médias et inscription des bibliothèques dans les politiques publiques visant à servir la laïcité, la citoyenneté et la prévention de la radicalisation », pointe le ministère de l’Enseignement supérieur.

 

Engagées dans « la compréhension et le partage du projet démocratique », les bibliothèques sont alors pleinement en mesure de jouer le rôle qui leur incombe, et de remplir au mieux leurs missions.

 

« L’ancrage historique et les contours actuels de la laïcité dans notre pays ainsi que l’histoire des bibliothèques induisent à la fois une riche présence documentaire patrimoniale concernant les religions dans de très nombreux équipements et une offre documentaire contemporaine cohérente avec la laïcité », indique le rapport.

 

Ainsi, il importe que les établissements, par nature ouverts à chacun, soient impliqués « dans les politiques publiques visant une éducation et une pratique citoyenne de la laïcité ». Dans l’hypothèse de collaboration avec des partenaires spécifiques, « respect de la loi et neutralité de l’institution » deviennent cruciaux. « Cela implique que les responsables de bibliothèques disposent des connaissances nécessaires, mais aussi des moyens pour effectuer des choix avertis, construire et mettre en œuvre les actions opportunes. »

 

Une liste d’une quinzaine préconisations offrira à tous des pistes de réflexion, dont on retiendra certaines, indispensables :

 

  • • Prendre systématiquement en compte dans le cadre des réflexions de politique documentaire, culturelle (pour les adultes comme pour l’enfance et la jeunesse) et concernant la vie et le fonctionnement de la bibliothèque, non seulement la question des religions, mais aussi celle des convictions spirituelles pouvant être éloignées, critiques ou opposées aux religions.
  •  
  • • Veiller, dans la mise en œuvre de la politique documentaire pour les adultes, pour l’enfance et la jeunesse (acquisitions par achats et dons, désherbage, valorisation, organisation dans l’espace, accès libre/magasin, etc..), à la pluralité des options religieuses et spirituelles, y compris non ou anti-religieuses, et donc à la mise en perspective documentaire indispensable à une approche laïque de la bibliothèque.
  •  
  • • Favoriser la découverte, la compréhension et l’étude de collections patrimoniales ayant trait aux religions dans le cadre des règles habituelles de la conservation, en mettant en œuvre la médiation et les dispositifs adaptés à des publics divers et en respectant strictement la neutralité de la bibliothèque, y compris dans le cadre de partenariats qui peuvent inclure des institutions religieuses.
  •  
  • • Maintenir le principe de laïcité, donc de pluralisme religieux et convictionnel, sur tous les territoires, dans les unités de lecture publique de toutes dimensions et dans tous les contextes, y compris si la participation des habitants est favorisée.
  •