Qui sont les cinq plus gros éditeurs de livres en France pour 2018 ?

Clément Solym - 10.07.2019

Edition - Bibliothèques - dépot légal - BnF livres - internet archive


Pour l’année 2018, ce sont 340.563 documents qui ont rejoint les collections de la BnF, dans le cadre du dépôt légal. Ce dernier impose aux éditeurs, imprimeurs ou producteurs de présenter tout document imprimé et diffusé au-delà du cercle familial. Au total, 82.313 livres imprimés, 219.766 fascicules de périodiques et 106,46 téraoctets de sites web auront été collectés en 2018. 

Foire du Livre de Londres 2019
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
Parmi les chiffres les plus notables, la BnF indique que 25 % des nouveaux titres de presse sont issus du secteur associatif. Et que la production de livres, avec 82.313 ouvrages, est toujours en croissance — 1,3 % en regard de 2017. Cette année, un quart des déposants sont des autoéditeurs, mais dont la production ne représente que 3 % de l’ensemble des dépôts.

29 % des déposants sont autopubliés

Le nombre de déposants actifs continue lui aussi de croître : 8724 éditeurs (soit 26 % de plus qu’en 2017) ont effectué au moins un dépôt en 2018. La part de l’édition professionnelle s’y maintient (avec 79 % des dépôts et environ 42 % des déposants) tandis qu’augmente celle des auteurs autoédités (5,8 % des dépôts, 29 % des déposants) et des éditeurs étrangers (3,8 % des dépôts et 5 % des déposants), et que diminuent celle des associations, des collectivités et des organismes de recherche.

Les cinq éditeurs qui arrivent en tête du classement du nombre de dépôts effectués en 2018 (avec plus de 1 000 publications chacun) sont les mêmes qu’en 2017, et dans le même ordre : Edilivre, L’Harmattan, Hachette, Gallimard, et Books on Demand — sachant qu'Edilivre et Books on Demand sont plutôt du côté des services à l'autoédition.

Par ailleurs, 22 % des livres décrits — soit 17.761 œuvres — sont des romans. Chose intéressante, Amazon n’apparaît que très discrètement, via CreateSpace, dans le palmarès des déposants : l’autopublication n’appartiendrait pas au géant américain ?

Notons également la répartition géographique : 1 éditeur sur 3 est situé en île-de-France (siège social) et 1 éditeur sur 5 est établi à Paris. Ces éditeurs produisent, en nombre de titres, près de 2 livres sur 3. La région Auvergne-Rhône-Alpes demeure la plus active, avec plus de 5 % des dépôts, suivie de près par l’Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur, puis par la Nouvelle-Aquitaine, avec un peu moins de 4 % des dépôts. 

La jeunesse, moteur qui ne ralentit pas

Entre 2009 et 2018, la production jeunessse a considérablement augmenté : si l’on recensait 70.564 titres en tout, pour 7737 jeunesse, nous sommes passés à 10.689 ouvrages, soit 13 % des dépôts. En outre, au cours des deux années 2017-2018, les trois auteures les plus déposées ont écrit plus de 60 livres chacun. Chacune de ces auteures représente une tendance de l’édition jeunesse : Élisabeth Barféty, Clémentine Baron et Orianne Lallemand.

La production d’Élisabeth Barféty se rattache ainsi au phénomène de la novélisation : il s’agit d’adaptations, sous forme de roman, d’une trame fictionnelle se déroulant à l’origine dans un autre média. Le succès de cette nouvelle forme éditoriale est confirmé par la présence d’autres auteurs dans cette liste, comme Catherine Kalengula, qui réalise des textes issus de licences Disney, par exemple. 
 
La présence de Clémentine Baron dans le top 3 tient quant à elle au lancement récent de la collection Histoire jeunesse aux éditions Quelle histoire, pour laquelle elle écrit des biographies de personnages célèbres destinées aux enfants — telle celle sur Galilée, parue en 2018, qui atteste de la mode éditoriale des documentaires narratifs (genre dans lequel s’illustrent d’autres auteurs du palmarès, tels qu’Émilie Beaumont ou Stéphanie Ledu).

Orianne Lallemand, enfin, qui était déjà présente dans le palmarès 2014-2015, est la créatrice du personnage du Loup, dont les histoires éditées chez Auzou et illustrées par Éléonore Thuillier bénéficient d’un grand succès de librairie. L’importance de la notion de série et de personnage est ainsi réaffirmée : les auteurs de Petit ours brun (Marie Aubinais), de la série Martine (Gilbert Delahaye) ou de l’Âne Trotro (Bénédicte Guettier) figurent également dans cette liste. 

Et pour sourire...

Mais le plus grand de tous les livres déposés est un leporello, ou livre-accordéon, de 5,2 mètres qui figure la rivière Allier : il s’agit du plus grand document cartographique disponible actuellement. 

Chose amusante : 33 % des documents iconographiques sont des cartes postales en format classique.
 
Côté numérique, 106,47 To de sites web sont désormais intégrés dans les archives de la BnF, soit la plus volumineuse sauvegarde jamais réalisée par l’établissement. 2,91 millions de domaines, soit 61,1 % de ce volume sont en .FR, contre 1,09 million (22,9 %) en .COM. 

L’augmentation croissante du nombre de microsillons déposés est également notable : 10 fois plus qu’il y a 10 ans !

L’Observatoire du dépôt légal 2018 est à consulter ou télécharger ci-dessous.
 



Commentaires
Clémentine Baron qui n'oublie pas qu'elle a fait ses premiers pas chez ActuaLitté, il y a un paquet d'années wink
L'Harmattan se situe aussi dans le compte d'auteur (de très nombreux auteurs financent eux-mêmes leur publication soit par subvention, soit par pré-achats).

Peut-être que le titre serait à revoir ?

Finalement, trois entreprises sur les cinq sont plus des prestataires de service que des éditeurs...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.