Qui veut priver les élèves britanniques de bibliothèques scolaires ?

Clément Solym - 15.11.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèques scolaires financer - Riddell courrier Education - bibliothécaire elèves soutien


La fermeture de bibliothèques scolaires au Royaume-Uni ne passe pas inaperçue. Le Children’s laureate, Chris Riddell, ainsi que huit de ses prédécesseurs viennent de lancer un appel au ministère de l’Éducation pour que cesse cette vague de vandalisme intellectuel auprès des enfants.

 

Library Stacks

Nazareth College, CC BY 2.0

 

 

Justine Greening, secrétaire d’État à l’Éducation, aura du courrier, et pas des moindres. Dans le Dorset et le Berkshire, deux importantes bibliothèques ont fermé leurs portes, et les écrivains s’alarment. « De plus en plus d’écoles prennent la voie des économies, et assurent qu’elles n’ont plus d’argent, qu’elles doivent se débarrasser de leurs bibliothécaires », souligne la directrice de la School Library Association, Tricia Adams.

 

C’est fort de ces constats que Riddell, épaulé par Blake, Anne Fine, Michael Morpurgo, Jacqueline Wilson, Michael Rosen, Anthony Browne, Donaldson et Malorie Blackman, ont écrit une lettre à la Secrétaire... que cette dernière lira peut-être, si elle a le temps. 

 

Ils réclament tous en chœur une enquête probante sur l’état des fermetures de bib scolaires. Or, sur la période 2012-2014, il semble que 280 établissements ont déjà fermé leurs portes. Et 54 % des écoles estiment ne pas disposer des moyens nécessaires pour financer de manière adéquate leur bibliothèque.

 

« Je vous demande de financer de budget pour l’éducation, de sorte que chaque école dispose d’un service de bibliothèque dont elle puisse être fière : des livres à emprunter, et autant que possible, une personne pour aider les enfants à les choisir », explique le courrier. 

 

Entamant dans le même temps une tournée dans les établissements scolaires ce 15 novembre, Riddell jure qu’il ne manquera pas d’en parler aux 1500 enfants qu’il doit rencontrer – et leurs parents, bien entendu.

 

« Alors que les écoles sont confrontées à des pressions insidieuses sur les budgets et les personnels, les choses ne peuvent pas changer. C’est pourquoi, avec l’appui de mes collègues laureats, je demande maintenant à Justine Greening et au ministère de l’Éducation de donner suite à la demande de chacun, de fixer des normes claires en matière de bibliothèque, et d’instaurer le financement nécessaire. » 

 

via Guardian