Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Rachat du Seuil : Christian Thorel inquiet des “réactions insignifiantes”

Nicolas Gary - 20.10.2017

Edition - Les maisons - éditions seuil librairie - Christian Thorel librairie - Média Participations Seuil


Ce 1er novembre, la librairie Ombres Blanches de Toulouse proposera à ses clients un ouvrage d’histoire, assez inédit. Il s’agit d’un court récit d’une quarantaine de pages, qui reprend 80 ans d’histoire des éditions du Seuil – À propos du Seuil, sous-titré Une histoire exemplaire. L’auteur n’est autre que Christian Thorel, directeur de la librairie, préoccupé par le devenir de la maison que le groupe Média-Participations prévoit de racheter.


Éditions du Seuil - Frankfurt Buchmesse 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

C’est tout un paradoxe : le 21 septembre dernier, La Martinière/Le Seuil et Media Participations annonçaient leur rapprochement et l’entrée en négociations exclusives. Hervé de la Martinière assurait devoir « penser à l’avenir de la maison que j’ai fondée il y a 25 ans ». L’information, s’étonne Christian Thorel, est presque « passée inaperçue », dans le monde du livre.

 

« Dans les faits, n’importe quel groupe peut donc acheter une maison d’édition, sans que personne ne réagisse à l’importance d’une telle nouvelle. Ici, nous restons dans le monde de l’édition, mais une maison aussi sensible que Le Seuil, cela aurait mérité un peu plus de réactions », assure-t-il à ActuaLitté.

 

400 exemplaires du livre sont prévus dans un premier tirage, qui seront donnés aux amis, envoyés aux professionnels – « des amis, éditeurs et libraires » – ainsi qu’aux Centres régionaux du livre et à des étudiants. « Nous l’offrirons aussi aux clients de la librairie, que le sujet peut intéresser, et au besoin, il sera possible d’en imprimer plus... »

 

Mais alors quoi ? ActuaLitté a pu découvrir cet ouvrage, qui circule déjà auprès d’un cercle très restreint. Écrit sans aucun mépris et moins encore de jugement à l’égard de ce que le groupe Media Participations peut incarner ou publier, il expose l’histoire de la maison. Rien n’est omis, le rachat par La Martinière, les auteurs, la vivacité de la maison – et ce qu’elle incarne. 

 

Fait notable : c’est chez Le Seuil qu’en avril 2015, Christian Thorel publiait un livre racontant les 40 ans d’existence de sa librairie, Ombres blanches. Il y rappelle « les combats pour le prix unique du livre, affirme le rôle et la mission aujourd’hui d’une librairie indépendante dans la défense et la transmission de ce qui s’appelle la littérature, les sciences humaines, bref, le livre, qui ne veut pas se soumettre aux lois du seul best-seller et de la seule mercantilisation ».
 

"Les réactions sont insignifiantes"

 

Deux ans plus tard, rien n’a changé des motifs de préoccupation : « Mon attention sera toujours dirigée vers la production, c’est l’unique question qui se pose avec ce rachat. Gallimard, c’est un livre sur 10 vendu chez nous ; Le Seuil, un sur 25. Cela en fait la deuxième maison dans notre librairie... Elle était d’ailleurs encore actionnaire voilà un an. »

 

Mais le message principal est bien là : « Je suis très profondément attaché à cette maison. Et je m’interroge, en voyant la réaction corporatiste que le Syndicat de la librairie française a pu avoir : l’unique attention à porter serait celle des conditions de vente, à lire l’avis du SLF ? » Et le directeur d’Ombres blanches d’ajouter : « Notre préoccupation de libraires devrait être de savoir quels livres Le Seuil offrira demain, pas le montant de la remise que l’on aura... »
 

Le sauvetage La Martinière-Seuil,
un coup de massue pour Interforum

 

Pas faute, pourtant, d’avoir eu maille à partir avec Le Seuil, se souvient Christian Thorel. « Quand j’étais à la tête du SLF [vice-président, NdR], nous avons eu l’occasion de discussions musclées. Et quand La Martinière a repris la maison, toute la profession en avait parlé : ici, les réactions sont insignifiantes. »

 

Historiquement, Le Seuil comptait parmi les éditeurs essentiels dans les années 80, posant des bases de diffusion et distribution nouvelles. « L’œil de la lettre s’est construit autour de cela. De même, l’arrivée des éditions Minuit au Seuil et la naissance de Seuil Diffusion furent un événement fondamental. À bien des égards, le moment le plus productif de cette période qui suivait l'instauration de la loi sur le prix unique et la reconstruction de la librairie française, c’est au Seuil qu’on le doit. » Alors oui, « la dette minimale que je peux avoir est de raconter cette histoire, au moment où des choses peuvent changer. Existe-t-il un risque que l’avenir compromette la maison ? » 

 

Bien entendu, entre le rachat de Le Seuil en 2004 et celui par Média Participations dans les mois à venir, les temps ont changé. « Il y a un changement de génération, chez les libraires et les éditeurs, mais également des professions que l’on endort. Ce qui présidait à nos métiers a pu changer : les années 80 et 90 sont derrière nous », note-t-il non sans une certaine mélancolie. « Moi, je suis resté attaché à une vision du monde où ce type d’information est fondamentale... »

 



 

Bien malin qui pourrait dire de quoi procédera ce rachat, et ce que l’interprofession, et les lecteurs, pourront en attendre. « Au moins peut-on parler de l’histoire, et des responsabilités qui nous incombent. L’individualisme qui frappe finit par laisser les gens avec pour seule nécessité de satisfaire leurs besoins premiers – dans le cas des libraires, je ne peux imaginer que cela se ramène aux seuls enjeux économiques. »  
 

Seuil rejoindra Dupuis :
“La concentration de l’édition s'aggrave sans cesse”

 

Perdre de vue que certaines maisons « incarnent un pan de notre littérature, des œuvres, de pensées, serait dangereux ». Et face au manque de réaction, « nous nous dirigeons vers une indolence et une neutralisation de tout. C’est extrêmement inquiétant ».

 

Ce livre pourrait même ouvrir une discussion avec le PDG de Média Participation « et je serai ravi de raconter la vie du Seuil avec son nouveau actionnaire. L’invitation est lancée, j’espère pouvoir continuer le dialogue. »
 

mise à jour 21 octobre : 


On peut télécharger gratuitement l'ouvrage à cette adresse, le lien propose l'ouvrage en format PDF uniquement.