Rachel Carson, défense de l'environnement contre les pesticides

Cécile Mazin - 27.05.2014

Edition - International - Rachel Carlson - Doodle - protection de l'environnement


Zoologiste et biologiste de renom, Rachel Carlson s'est engagée dans la défense et la protection de l'environnement. On lui doit plusieurs ouvrages, et notamment deux romans qui furent de véritables best-sellers, lui assurant un certain confort financier, The Sea Around Us, (Cette mer qui nous entoure) en 1951 et The Edge of the Sea, en 1955 (Les merveilles de la mer et ses rivages).

 

 

Rachel naquit le 27 mai 1907, et publia finalement une trilogie à partir des deux premiers ouvrages. Dans cette période des années 50, la défense de l'environnement n'était pas nécessairement au coeur de l'actualité. Pourtant, elle-même va partir en guerre contre les ravages que provoquent les pesticides de synthèse.. Avec la parution de Silent Spring, en 1962, elle va emporter l'adhésion des citoyens américains, et provoquer un revirement politique complet. Le DDT et d'autres pesticides seront interdits sur le sol américain. 

 

 

 

Carson et le mouvement écologiste furent —et continuent à être— critiqués par certains conservateurs, qui affirment que les restrictions sur les pesticides ont causé des morts inutiles et freinent le développement de l'agriculture, et plus généralement que la réglementation sur l'environnement gêne inutilement une économie libre. Par exemple, le magazine conservateur Human Events a donné une mention honorable à Printemps silencieux pour les « 10 livres les plus nuisibles des XIXe et XXe siècles ».

 

Les accusations de Carson contre le DDT ont subi les plus violentes attaques. Dans les années 1980, l'administration Reagan chercha à faire abroger un maximum de réformes environnementales, et Carson et ses travaux étaient des cibles évidentes. Le chercheur en sciences politiques Charles Rubin fut l'un des critiques les plus bruyants des années 1980 et 1990, bien qu'il n'ait accusé Carson que de sélectionner ses sources et de fanatisme (contrairement aux critiques plus virulentes que Carson reçut à la sortie de Printemps silencieux). Après 2000, les critiques ont accusé Carson d'être responsable de millions de morts dues à la malaria, à travers les interdictions sur le DDT que ses travaux avaient engendrées.

 

Certains ont attribué jusqu'à 100 millions de morts à Carson, même si le biographe Mark Hamilton Lytle juge ces estimations irréalistes, de même que d'accuser Carson d'être « responsable » des interdictions sur le DDT. Il avance que la malaria est beaucoup moins importante en Afrique qu'un certain nombre de problèmes de santé publique plus étendus et évitables. Carson n'a jamais appelé à interdire complètement le DDT.

 

Certains experts ont avancé que les restrictions sur l'utilisation agricole du DDT (une des choses que Carson a effectivement préconisées) ont augmenté son efficacité dans la lutte contre la malaria. Selon le défenseur du DDT Amir Attaran, l'interdiction de l'utilisation agricole du DDT, déclarée à la Convention de Stockholm de 2004, « vaut mieux qu'un statu quo… Pour la première fois un insecticide est limité au seul contrôle des vecteurs, ce qui signifie que la sélection des moustiques résistants sera plus lente qu'avant ». Mais si l'héritage de Carson est intimement lié au DDT, Roger Bate, de l'organisation en faveur du DDT Africa Fighting Malaria, appelle à la prudence : « Beaucoup de gens ont utilisé Carson pour mettre en avant leurs propres actions. Il faut simplement être très prudent lorsque l'on parle de quelqu'un qui est mort en 1964 ». (via Wikipedia)