Raphaëlo le pèlerin, pièce de jeunesse inédite de Saint-Pol-Roux

Victor De Sepausy - 02.11.2020

Edition - Les maisons - saint - pol - roux


Avec le retour de l’automne, on a plaisir à voir les forêts prendre des couleurs jaune oranger. Mais cette saison est aussi celle qui voit l’arrivée du bulletin annuel de la Société des amis de Saint-Pol-Roux. Même si 2020 est une année singulière, fort heureusement, nous ne sommes pas privés d’une nouvelle livraison de ce bulletin. Ce numéro double (11-12) nous propre de découvrir une pièce inédite du poète, un drame en trois actes intitulé Raphaëlo le pèlerin.
 
Si la grande majorité des œuvres les plus célèbres de l’écrivain sont éditées et disponibles auprès des éditions Rougerie, quelques créations plus singulières du poète restent presque inaccessibles. Poursuivant un travail d’exploration des écrits du Magnifique au profit du grand public, la Société des amis de Saint-Pol-Roux nous offre la lecture automnale de Raphaëlo le pèlerin, un texte théâtral écrit par le poète alors qu’il n’avait encore que quinze ans. Son entrée dans la littérature fut donc d’abord une entrée dans le théâtre, avec la ferme volonté d’arriver à faire jouer ses textes.
 

A travers cette pièce, Saint-Pol-Roux cherche déjà à lier action et musique. C’est ainsi que l’on retrouve des airs chantés au cœur même de l’œuvre. S’inspirant du mélodrame alors en vogue, l’écrivain encore en devenir campe des personnages au caractère bien tranché. Victor Hugo est certainement aussi présent dans l’écriture de ce drame, et l’on pense rapidement à Hernani, ou encore à Lucrèce Borgia qui tiennent aussi, à certains traits, du mélo, ce que note Ana Orozco, doctorante en études théâtrales et qui a pris en charge l’édition critique de Raphaëlo le pèlerin proposée par la Société des amis de Saint-Pol-Roux.

Présentant ce drame, Mikaël Lugan, président de la Société des amis de Saint-Pol-Roux, assure que si c’est bien une « œuvre de la quinzième année » du poète, c’est « néanmoins autre chose qu’un simple divertissement donné pour le seul plaisir des ouvriers de Saint-Henri ou des élèves de Notre-Dame des Minimes ; il est le produit du théâtre de son temps dont le précoce auteur, mêlant les répertoires du mélodrame, du drame romantique et de l’opéra, fait une étonnante synthèse. »

Pensionnaire de l’institution religieuse du collège Notre-Dame des Minimes, Saint-Pol-Roux inscrit sa pièce dans ce contexte, souhaitant qu’elle puisse entrer au répertoire des textes que les élèves étaient amenés à mettre en scène durant chaque année scolaire. Le pari fut réussi car la création de Saint-Pol-Roux, éditée une première fois à Paris en 1879, fut reprise un an plus tard dans une édition réunissant des libraires marseillais et lyonnais. Cette pièce pour la jeunesse fut jouée ainsi dans plusieurs institutions religieuses dans les années qui suivirent.
 
Raphaëlo le pèlerin est tout d’abord « l’œuvre d’un adolescent qui écrit pour ses camarades – tous des garçons, les pensionnats et institutions religieuses n’étant pas mixtes – l’idée étant de les divertir et de les édifier, sans négliger de les fédérer autour d’une entreprise artistique », comme le précise Ana Orozco dans sa présentation de la pièce.
 
Se déroulant dans l’Italie du Cinquecento (comme Lucrèce Borgia et Lorenzaccio), Raphaëlo le pèlerin « s’inspire des préceptes mis en avant dans le théâtre romantique », ajoute Ana Orozco, avec des personnages aux noms puisés chez Shakespeare et Victor Hugo.
 
Pour l’intrigue, on se retrouve à Gênes en 1540. « Le brillant ministre Sylviano s’attire, par ses qualités morales et son intelligence, le respect et l’estime du Doge. Il n’en faut pas plus pour contrarier les seigneurs rivaux qui ourdissent le plus cruel des complots afin de mettre à bas leur ennemi. Combats, tempêtes, conspirations, reconnaissances, meurtres dès lors s’enchainent », détaille Ana Orozco.  

Alors, après avoir pu découvrir dans les précédents bulletins le livret d’opéra-comique inédit Sabalkazin ou la punition du sorcier (N°5-6) et l’ensemble des collaborations de Saint-Pol-Roux à La Dépêche de Brest (N°9-10), plongez vous maintenant dans ce nouveau numéro double pour approcher cette œuvre curieuse que constitue Raphaëlo le pèlerin. L’ouvrage (166 pages, 17 €) est disponible auprès de la Société des amis de Saint-Pol-Roux dont le site est accessible à la page suivante.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.