Rapport Gallo : les éditeurs européens saluent de n'avoir pas d'effort à faire

Clément Solym - 02.06.2010

Edition - Justice - rapport - gallo - repression


Oh qu'ils sont tartes, ceux-là... pas possible, vraiment, que l'on se fasse enfumer à cet point par une rapporteuse incapable de formuler la moindre proposition, qui préfère sanctionner plutôt que de voir évoluer quoi que ce soit... et qu'au final, on l'acclame comme si elle avait trouvé le Saint-Graal.

Suite à la session qui hier a adopté le rapport Gallo, lequel doit encore être présenté, mais sans trop de risques, pour être adopté par le parlement, la fédération des éditeurs européens a cru intelligent de saluer la décision d'adopter le rapport de la dame.

La Fédération, qui représente les éditeurs des 26 pays européens, a cru voir - mais il était peut-être un peu tôt - dans ce vote, « le soutien d'une majorité de députés » favorables à la protection de la propriété intellectuelle. Lesquels auraient, toujours selon la Fédération, marque combien cette notion était « encore indispensable en Europe, pour soutenir un éventail de création riche et diversifié dans les secteurs culturels ».

Évidemment. On peut aussi fermer complètement les yeux sur l'absence totale d'autre chose que de la répression. Taper sur les doigts, c'est sûrement bien, mais c'est aussi moins constructif que de faire des efforts pour ne pas avoir à le faire...

Amalgamant à peu près tout, la Fédération, à travers Anne Bergman-Tahon, sa directrice, rapporte tout l'intérêt des éditeurs à l'égard de l'iPad (tiens donc, même en Angleterre...). Selon elle « si nous voulons continuer à promouvoir des auteurs européens, prometteurs et reconnus, et publier des livres de haute qualité à l'avenir, nous devons nous assurer que le secteur demeure viable et que les citoyens lecteurs continuent d'acheter des livres par les librairies de brique et de mortier ou les ebookstore. »

Donc, achetez là où on vous dit de le faire, de toute manière, nous, on ne fera aucun effort.

Et dans quelques semaines, quelques mois, tout le monde s'apitoiera de ce que le piratage connaît un essor démesuré, et que mince, on avait pourtant pas voulu ça, dieu m'est témoin...

Bref.

Heureusement, des groupes comme la Quadrature du net résistent encore à l'abrutissement généralisé...