Rapport sur l'état du commerce de détail de livres en France

Clément Solym - 10.12.2012

Edition - Librairies - SLF - I+C - Librairies


Le Syndicat de la Librairie Française (SLF) a récemment publié un rapport, commandé auprès de l'institut i+c, au sujet de la vente de livres au détail sur le territoire français et ce au cours de l'année 2011. Se divisant en deux axes principaux, l'un économique et l'autre social, son étude préalable a suscité un taux de réponse de 26 %.

  

 

 

Du point de vue économique

 

Le territoire français comporte 3 666 entreprises (hors grandes surfaces), dans la branche, dont près de 54 % ne comptent aucun salarié. Parmi elles, on en dénombre 2 163 répondants au code NAF de la librairie (contre 2 176 en 2008 et 2 168 en 2010).

 

Le chiffre d'affaires annuel se répartit à 82,5 % pour le commerce de livres, à 98 % pour la papeterie et carterie, et seulement 7,5 % pour les autres produits. Un chiffre d'affaires en baisse de 1 % en comparaison à 2008.

 

Présentant un ratio stable de répartition des ventes depuis 2007, le comptant représente 80 %, les ventes aux collectivités 17 % tandis que la vente à distance 3 % de l'activité.

 

L'investissement des librairies a subi une diminution constante, affichant une baisse de 42,5 % par rapport à l'année 2008. 60 % sont alloués à la rénovation et à l'agencement des lieux de vente, tandis que 26 % sont consacrés aux nouvelles technologies de l'information et de la communication.

 

Le taux d'acquisition immobilière, de 0,5 %, demeure très bas, et pourrait témoigner des difficultés croissantes dans la gestion de la trésorerie des libraires. 

 

Du point de vue social

 

Le personnel total des librairies représente 14.110 personnes, dont 87 % de salariés contre 12 % de dirigeants, et avec 1 % de conjoints collaborateurs ou autres non salariés. Un effectif global qui a baissé de 1 % par rapport à l'année 2008 et dont seuls 18 % ont suivi une formation spécifique aux métiers du livre..

 

67 % des salariés sont des femmes, tandis que seuls 33 % d'entre-eux sont des hommes. Si la majeure partie du salariat a entre 26 et 50 ans (68 %), les moins de 25 ans en représentent 16 %. Et seuls 122 postes seraient occupés par des travailleurs handicapés. 84 % sont embauchés en CDI, 9 % en CDD et 7 % en contrat aidé.

 

L'âge moyen des libraires est de 39 ans, justifiant d'une ancienneté moyenne de 8 années d'exercice.

 

Au cours de l'année 2011, 3 740 embauches et 3 760 départs ont été recensés. Soulignant la précarité croissante de l'emploi, les chiffres indiquent 37 % de nouvelles embauches en CDD, 25 % en CDI, 22 % en contrats saisonniers, 16 % en contrats aidés.

 

Et 9 % de ces recrutements concernent des premiers emplois. Parmi eux 40 % d'embauchés formés à l'INFL, 3 % à l'IUT des métiers du livre d'Aix-en-Provence, 51 % provenant d'autres formations.

 

 

Les chiffres en bref

 

Avec un total de 2 163 boutiques pour 12.410 salariés, la branche a généré en 2011 un chiffre d'affaires de 1,61 milliard d'euros HT annuels.

 

La librairie moyenne engendrerait donc un chiffre d'affaires de 738.000 euros, comprendrait 6 salariés dont 4 femmes et 2 hommes, dont 4 salariés à temps plein contre 2 à temps partiel, 5 embauchés en CDI contre 1 en CDD. Le rapport de branche est consultable en son intégralité, en ligne, à cette adresse.