Rapprochement de Pearson et Bertelsmann, idéal géographiquement

Clément Solym - 26.10.2012

Edition - Economie - Bertelsmann - Pearson - Random House


Depuis hier, la nouvelle d'une possible fusion entre les groupes Bertelsmann et Pearson, autour de leurs filiales éditoriales ne manque pas de susciter quelques réflexions, alors que l'on en est encore qu'au stade des possibles négociations. Dans tous les cas, le cabinet d'expertise Exane BNP Paribas, spécialisé dans les investissements, dresse plusieurs pistes de réflexion intéressantes.

 

 

Robin Hood and Marian with their stash of cash

Scorpions and Centaurs (CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

L'idée entre les deux sociétés serait donc de voir fusionner les groupes éditoriaux, croisant donc les groupes Random House et Penguin. Selon la presse spécialisée allemande, les négociations ont déjà commencé entre les entreprises, et ces dernières ont également approché les autorités de la concurrence pour prendre les mesures nécessaires. Pour l'heure, aucune conclusion ne saurait en être tirée, mais Exane considère que la démarche serait particulièrement positive pour Pearson, soutenant en bourse le cours de son action.

 

« Nous croyons que la combinaison de Random House et Penguin est porteuse d'un fort sens stratégique. Elle permettrait d'améliorer le pouvoir de négociation de l'éditeur et le contrôle des prix dans un secteur où la distribution de détail est de plus en plus dominée par un petit nombre de grands mastodontes », souligne Exane. Dans le même ordre d'idée, la combinaison des savoir-faire et des compétences permettrait de réduire les coûts, de manière significative. La synergie des deux entreprises serait également l'occasion d'un accroissement des recettes, ainsi que de la production d'oeuvres.

 

Bien entendu, cette fusion aura un coût elle-même, sans parler des conséquences humaines, que le cabinet passe assez joyeusement sous silence. Néanmoins, le domaine livre numérique, qui représenterait près de 30 % des revenus pour l'année 2012, selon les projections d'Exane, chez RH et Penguin, serait le grand vainqueur dans l'hypothèse où cette fusion pourrait se faire. 

 

Avec la baisse des volumes d'impression, les coûts d'infrastructure, qui font pression sur les marges bénéficiaires, de même que les baisses liées au stockage, autant que l'achat de papier, ce sont autant d'économies d'échelle que peuvent réaliser les deux firmes. Mais c'est avant tout sur la dimension géographique que cette fusion pourrait parvenir à faire sauter la banque. Chacun des groupes est en effet en mesure de renforcer les parts de marché de l'autre, sur des zones où son confrère est absent. 

 

« Avec la récente acquisition de Companiha das Letras, Penguin est devenu un acteur important dans le marché brésilien du livre. Malgré sa position de leader au Mexique ou au Chili, Random House est complètement absent du Brésil, pourtant le plus important marché d'Amérique latine en termes d'opportunités. Inversement, Penguin manque de représentation sur les marchés européens continentaux. Nous notons également que RH a dernièrement diversifié ses contenus numériques et ses capacités technologiques avec l'acquisition de Smashing Ideas, chose qui devrait aider le groupe à développer des livres numériques enrichis, produire instantanément des livres d'analyse politique, des essais et des nouvelles d'autres nouveaux formats numériques », poursuit Exane.

 

Le dossier d'analyse est à découvrir ci-dessous

 

  

Pearson Bertelsmann Random House Penguin analyse