Raubdruckerin : quand la rue devient une gigantesque imprimerie pirate

Nicolas Gary - 08.04.2019

Edition - Société - Raubdruckerin villes - mobilier urbain imprimer - pirater urbanisme détails


En allemand, on dit raubdruckerin, du nom trouvé par le groupe qui s’est donné cette invraisemblable mission. Un projet, farfelu et original : capturer différentes structures au sein d’une ville, pour l’aspect graphique qu’elles apportent. Et pour leur donner vie, en faire des outils d’imprimerie. Gutenberg ne sera pas peu fier…


 

Sur le site, tout est déjà dit : le Raubdruckerin se décline sur des tee-shirts, des sacs de gym, des pulls ou encore des tote bags. Et que ce soit à Paris, Barcelone, Copenhague, Amsterdam, Rome, Budapest, Athènes ou Berlin — n’en jetez plus, et pourtant il s’en trouve bien d’autres ! — ce street art traverse allégrement les frontières.

Projet d’impression expérimental, lancé en 2006, il profite de toutes les solutions urbaines à disposition : plaques d’égout ou commémoratives, grilles d’aérations, qu’importe ! Toute surface du paysage urbain peut servir pour créer des motifs uniques, afin de donner une tendance streetwear, et tout un effet de mode. 

Chaque pièce est alors imprimée à la main, sur place. « L’objectif principal est d’explorer les surfaces de la ville, à la recherche de détails négligés, et insignifiants d’apparence, sur un trottoir, une rue — et qui se révèlent être d’authentiques éléments du design citadin », explique le site.

« Ils dévoilent des parties non observées des villes, chargées d’histoire, de diversité et de créativité. »
 


Pour jouer, c’est finalement assez simple : de l’encre, un textile sur lequel imprimer sa réalisation — et surtout de quoi nettoyer derrière soi, pour laisser le lien qui aura servi à cette gravure, propre. 


 

C’est en 2006, alors qu’elle vivait au Portugal, qu’Emma-France Raff, va se lancer dans cette exploration, avec l’aide de son père, le peintre Johannes Kohlrusch, depuis son atelier basé à Alentejo. Le voyage débutera à Lisbonne, avant de s’étendre partout dans le monde. 
 


On comprend alors mieux le terme de Raubdruckerin, dont la traduction serait Femme imprimeuse pirate. On peut commander les réalisations et en prendre plein les yeux, à cette adresse.


Commentaires
Une Idée Géante, un beau et ingénieux projet!

Apprendre a découvrir sa ville, en jouant et lui donner une valeur mode et contemporaine, BRAVO
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.