Raymond Aubrac, citoyen actif et plume de la résistance

Clément Solym - 11.04.2012

Edition - Société - Raymond Aubrac - Résistance - Lucie Aubrac


Raymond Aubrac, grande figure de la résistance, est mort mardi soir à l'âge de 97 ans à l'hôpital militaire du Val de Grâce, a indiqué à l'AFP sa fille mercredi matin.

 

La résistance politique

 

De son vrai nom Raymond Samuel, il était né le 31 juillet 1914, au sein d'une famille de commerçants juifs. Il devint ingénieur des Ponts et décrocha un diplôme de l'université de Harvard.

 

Au commencement de la persécution des juifs et de la guerre, Raymond Aubrac s'engage et co-fonde le mouvement de contestation de Vichy, Libération Sud.

 

C'est l'un des dernières personnalités de la résistance à avoir connu Jean Moulin, et le dernier survivant des chefs de Résistance réunis et arrêtés en 1943 à Caluire (Rhône). En 1947 et 1950, Raymond Aubrac avait été témoin à charge lors des deux procès du résistant René Hardy, accusé d'avoir livré Jean Moulin à la Gestapo puis acquitté au bénéfice du doute.

 

Citoyen très engagé, homme de gauche, Raymond Aubrac avait récemment appelé à voter Hollande avec Stéphane Hessel dans une tribune intitulée Appel des résistants à un vote d'espoir, parue sur Libération mercredi 14 mars. Il avait également apporté fin mars son soutien à Charlotte Brun, candidate socialiste dans la 7e circonscription face au député UMP sortant Jérôme Chartier.

 

Tous les livres de Raymond Aubrac en librairie

 

 

Raymond Aubrac : l'auteur

 

Raymond Aubrac a signé et cosigné de nombreux ouvrages sur son combat politique et la résistance. Parmi eux, l'autobiographie, Où la mémoire s'attarde (Éditions Odile Jacob, 1996) et  Aubrac, Passage de témoin (Éditions Calmann-Lévy, 2011), co-signé avec son petit-fils, Renaud Helfer-Aubrac. L'ouvrage propose les réflexions de « ces deux esprits inquiets », prévient l'éditeur, face aux grandes questions contemporaines d'actualité « dans un tête-à-tête humaniste».

 

Récemment, Aubrac a préfacé un manifeste, Résistez ! (Éditions Vive la Liberté), de la même trempe qu' « Indignez-vous » de Stéphane Hessel, signé Louis Mexandeau, un ancien ministre de François Mitterrand. Une petit livre pour rappeler ce que fut le mouvement de la résistance précoce et farouche de la France des années 1941-1942, et illustrer le caractère scandaleux de l'assertion de M. Le Pen en 2005 : « Pendant la Seconde Guerre Mondiale, l'occupation allemande n'a pas été particulièrement inhumaine. »

 

La femme de Raymond Aubrac, Lucie Aubrac, morte en 2007 à l'âge de 92 ans, était aussi une grande personnalité de la résistance. Elle a publié un livre, Ils partiront dans l'ivresse, adapté à l'écran par Claude Berri en 1997 sous le titre de Lucie Aubrac.  


 

Retrouvez tous les livres de Raymond Aubrac