La possible acquisition de RCS Libri par Mondadori reportée

Antoine Oury - 06.03.2015

Edition - International - Italie RCS Mediagroup Libri - Mondadori Berlusconi - achat transaction


C'est ce matin que se réunissait le conseil d'administration de RCS Mediagroup, qui devait se prononcer sur la vente de RCS Libri. La société Mondadori, filiale de la holding Fininvest, détenue par Silivio Berlusconi, souhaite se porter acquéreuse de la filiale d'édition. Comme prévu, aucune décision n'a été communiquée dans l'immédiat, et la possibilité d'une vente est repoussée au prochain conseil d'administration, en mai. Mondadori a tout de même obtenu une période d'exclusivité.

 

 

Frankfurt Buchmesse

Mondadori, à la Foire du Livre de Francfort (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Ainsi, comme prévu après un conseil d'administration extraordinaire organisé le 2 mars, la décision a été repoussée après la mise en place du nouveau conseil d'administration qui doit être mis en place, pour le 29 mai prochain maximum. Le CA était assez tendu, car la vente de RCS Libri à Mondadori permettrait à ce dernier de détenir peu ou prou 40 % du secteur italien : un phénomène de concentration nécessairement nuisible au marché.

 

Nombre d'auteurs et d'éditeurs ont d'ailleurs fait entendre leurs voix contre cette vente, dont Umberto Eco. RCS Mediagroup, de son côté, a contracté une forte dette, que les actionnaires ne sont visiblement pas décidés à combler : la vente des actifs dans RCS Libri permettrait de récupérer des fonds. Dans tous les cas, les salariés de la maison Rizzoli (intégrée au groupe RCS Libri) et les syndicats ont décidé de contre-attaquer : le syndicat Sli-Cgil a décidé de remettre un courrier aux administrateurs prenant part au CA, leur demandant expressément de ne pas vendre RCS Libri. 

 

Le conseil d'administration a donc repoussé la validation ou le refus de la proposition de Mondadori, mais accorde à ce dernier « une période d'exclusivité jusqu'au 29 mai 2015, afin de préciser et d'approfondir les conditions de l'accord, se réservant un droit d'évaluation ultérieure des propositions ».

 

D'après des rumeurs récentes, 150 millions € auraient été mis sur la table pour Mondadori, montant jugé trop faible par certains actionnaires. La validation des résultats 2014 et celle du nouveau conseil d'administration devraient être effectives pour le 23 avril.

 

Retrouver notre dossier

RCS Libri/Mondadori : quel avenir pour l'édition italienne ?

 

Le Premier ministre italien Matteo Renzi a récemment réagi à la possibilité d'une concentration, alors que le ministre de la Culture Dario Franceschini avait exprimé son « inquiétude ». « Je comprends les questions de Dario Franceschini. Mais je ne m'inquiète pas pour Mondadori, je m'inquiète pour Rizzoli Corriere della Sera [RCS, NdR], dont la valeur a été détruite par des choix discutables. »