Récompenser des polars sans femme brutalisée n'a “rien de progressiste”

Laure Besnier - 01.02.2018

Edition - Société - Staunch Book Prize - Polars Violence Femme - Polémique Prix Littéraire


Bridget Lawless, une scénariste anglaise, a décidé de créer un prix, le Staunch Book Prize, récompensant les polars dans lesquels aucune femme ne subit de violences. Ce à quoi la poète et romancière Sophie Hannah s'oppose :  « Ignorer la brutalité peut sembler être une bonne idée, mais cela ne la fera pas disparaître. »


Sophie Hannah

 


« Un prix pour les polars sans violence contre les femmes ? Ce n'est pas progressiste. » Lance Sophie Hannah dans une tribune publiée dans le journal anglais The Guardian. Cette auteure britannique écrit des romans policiers et s'est spécialisée dans le genre du thriller psychologique. 

 

Un prix polar pour lutter contre les violences faites aux femmes

 

Sophie Hannah indique d'abord qu'elle se réjouit de la diversité des prix littéraires, chacun récompensant un genre, des auteurs ou des publics spécifiques. Mais tous sont « pour » quelque chose et non pas « contre » précise-t-elle. Comme exemple, elle écrit : « Le roman romantique de l'année est pour les histoires d'amour et non pas contre la science-fiction. »

Si pour elle, le Staunch Book Prize créé par Bridget Lawless a de bonnes intentions, il se trompe d'adversaire. Si quelqu'un doit s'élever contre les violences faites aux femmes, ce ne sont pas les romans, mais les auteurs et les lecteurs.


« La brutalité n'est pas la même chose que d'écrire sur la brutalité. Après avoir subi un traumatisme, certaines personnes trouvent qu'il est réconfortant et stimulant de lire, ou d'écrire, sur des personnages fictifs qui ont survécu à des expériences similaires.

Si nous ne pouvons pas empêcher les êtres humains de se nuire mutuellement, nous devons être capables d'écrire des histoires dans lesquelles ce mal est soumis à un examen psychologique et moral, et puni. À certaines occasions, peut-être le criminel fictif restera-t-il impuni, si l'auteur écrit sur l'échec du système juridique. Il n'y a pas d'expérience qui change la vie que nous devrions décourager d'écrire et de lire.
 »

Finalement, le Staunch Book Prize devrait plutôt récompenser les romans qui s'attaquent avec le plus de force et de sensibilité au problème des violences faites aux femmes, insiste Sophie Hannah. Pour cette dernière, celui-ci décourage la fiction policière. 

De fait, les meilleurs romans policiers sont appréciés car ils approfondissent la compréhension de l'humain. Et l'auteure de citer les oeuvres d'Agatha Christie, de Barbara Vine, de Tana French ou encore de Daphne du Maurier. Selon elle, toutes ces oeuvres n'auraient pas pu exister avec ce prix. 

Sophie Hannah n'est pas la seule à avoir réagi à l'annonce de la création du Staunch Book Prize. Ainsi, une auteure de thriller britannique, Sarah Hilary, a décrit le prix comme « la chose la moins féministe imaginable. » De même, l'auteur irlandais Steve Cavanagh a donné le mot de la fin : « Quel livre souligne le mieux le racisme et les préjugés ? Un livre qui ne parle pas de ces questions ou Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur ? Ne vaudrait-il pas mieux célébrer un livre qui pourrait défier les préjugés plutôt que de célébrer un livre qui les ignore ? »
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.