Redécouvrir Kafka avec Odradek éditions et couper avec le web, un peu

Nicolas Gary - 25.07.2016

Edition - Les maisons - Laurent Margantin Kafka - Oeuvres ouvertes site - Odradek editions Kafka


Passionné par l’écrivain pragois Franz Kafka, Laurent Margantin travaille depuis des années sur le site Oeuvres ouvertes à reconstituer une traduction honnête. Mi-juin, il annonçait la création d’une maison d’édition centrée principalement sur trois récits de Kafka : Odradek éditions vient de voir le jour, avec ses premiers ouvrages imprimés. 

 

 

 

Redécouvrir Un artiste de la faim, À la Colonie pénitentiaire ou Le Cavalier au seau à charbon et autres histoires fantastiques... Traducteur depuis toujours, ou presque, et germaniste de formation, Laurent Margantin n’en est pas à son coup d’essai avec Kafka. En 2012, il sortait différents textes regroupés sous le nom Chacun porte une chambre en soi, chez Publie.net.

 

Et d’expliquer sa démarche : « Pour Kafka, simple fidélité au texte, rester le plus proche possible de la syntaxe (c’est quelquefois troublant, la proximité avec le français, le maître de Kafka c’était Flaubert et il avait appris le français dès son enfance), ne pas imposer un vocabulaire trop riche, mais rester au plus près de la simplicité du texte, souvent très dépouillé sur un plan lexical. Et surtout ne pas penser à la figure de Kafka telle qu’on l’a bâtie avant moi. » Depuis, ses textes ont cependant été retirés de Publie.net.

 

Opérer une coupure avec le web, pour lire

 

Avec Odradek éditions, c’est une nouvelle approche : des ouvrages imprimés découlant des publications web, et qu’un appel à souscription a permis de réaliser. « Il s’agit de donner à lire sur papier quelques textes emblématiques publiés sur Oeuvres ouvertes. Depuis 2000, j’ai mis en ligne de nombreuses traductions d’auteurs allemands — Kafka, Novalis, Kleist notamment — et mes propres textes. Les trois premiers livres papier sont trois traductions de Kafka : Un artiste de la faim, À la Colonie pénitentiaire et Le Cavalier au seau à charbon (un choix de 28 courts récits) », nous explique-t-il.

 

Chaque titre est d’ores et déjà disponible en format EPUB ou PDF sur son site, avec une mise en page spécifique – réalisée par le typographe Alain Hurtig. Trois prochains titres sont prévus : Les grains de pollen de Novalis, Le Journal de Kafka, ainsi que l’un de ses propres récits, Le Chenil.

 

« Je travaille aussi avec Serge Paulus, qui est infographiste, pour la réalisation des cartes postales Kafka et des prochains ouvrages. On peut commander les trois premiers livres sur le site, je me charge moi-même de la promotion sur les réseaux sociaux et des envois, le lien personnel avec les lectrices/lecteurs via le web me paraît essentiel. »     

 

 

 

Odradek se donne pour objectif de faire lire, sur papier, des textes originellement diffusés sur le net, précise Laurent Margantin : « J’observe que pas mal de gens ont envie d’établir une coupure avec le web pour lire de façon, disons, sereine. L’évolution est récente et liée aux événements dramatiques qui ont rendu la lecture en ligne plus compliquée, constamment troublée par les infos diffusées sur les réseaux sociaux. »

 

Il ne s’agit pas là d’une diabolisation de l’internet, évidemment, mais d’un constat : « Le climat actuel ne se prête pas à une lecture sur écran. » Et de poursuivre : « Je continue à croire que le blog est un outil de création important pour les auteurs, mais je me pose simplement des questions sur l’environnement de lecture numérique (notamment sur les iPhone ou smartphone), continuellement livré à une agitation souvent stérile (ce qui ne m’empêche pas encore une fois d’avoir des échanges passionnants avec des auteurs et des lecteurs sur mon compte Facebook). »

 

« La lecture, c’est une prise de distance, même si cela reconduit — autrement — au monde et à l’actualité. Je suis en train de relire Le Rouge et le noir en livre de poche, et j’ai quand même l’impression que je n’y parviendrai pas sur une tablette connectée... Donc voilà, l’idée avec Odradek éditions c’est de proposer des livres à partir de mon travail de traduction et d’écriture en ligne, mais hors web... »

 

Et puis, le premier tirage de ces titres étant déjà épuisé, c’est un certain succès qui est rencontré. Les commandes passées interviendront maintenant pour un tirage à l’automne. (voir Odradek éditions)