Réduire les frais de port du livre pour les libraires : une mesure incomplète

Clément Solym - 03.11.2020

Edition - Economie - frais port livres - librairies éditeurs livres - frais port Poste


Francis Combes, président de l’association l’Autre livre, représentant des éditeurs indépendants, revient sur les déclarations de la ministre de la Culture. Des frais de port revus pour les libraires, afin de les aider dans la vente par correspondance, tout cela est bien beau. Mais quid des éditeurs ? Francis Combes pose ici quelques questions évidentes.


 

Dans un entretien qu’elle vient de donner à la chaîne LCI, ce, lundi 2 novembre, Mme Roselyne Bachelot, ministre de la Culture a déclaré : « Nous avons obtenu que les tarifs postaux des libraires soient considérablement diminués. C’est très attendu et très demandé », a-t-elle indiqué. Et elle a ajouté : « Là, nous allons diviser les tarifs postaux d’envoi des livres par trois ou quatre. Ça dépendra des envois, si vous en achetez un ou dix. [...] »  
 
Nous nous réjouissons bien sûr de cette annonce. Elle rejoint une revendication que notre association porte depuis plus de dix ans et que nous avons réitérée dans le Plan d’urgence pour le livre que nous avions remis à la ministre. Si cette annonce est suivie de mesures concrètes permettant son application, cela constituerait une très bonne nouvelle pour le livre et la culture dans cette période où celles-ci sont rares.

Néanmoins plusieurs questions se posent;

Est-il envisagé de n’en faire qu’une mesure provisoire qui ne vaudrait que pour la période du confinement ? Ce serait évidemment assez incompréhensible, car la question posée par le niveau exorbitant des tarifs postaux appliqués aux livres n’est pas un problème conjoncturel, mais un problème de fond touchant à l’exercice de nos professions et à la vie du livre.

Cette mesure sera-t-elle réservée aux seuls libraires ou pourra-t-elle bénéficier à tous les acteurs de la chaîne du livre ? C’est évidemment ce que nous demandons ; le poids des dépenses postales dans le budget de quelque 200 maisons d’édition indépendante que nous représentons est considérable et parfois même les étrangle.

En fait, cette mesure ne doit pas concerner tel ou tel acteur de la filière, mais l’objet livre lui-même, que l’on soit auteur, éditeur, libraire, bibliothécaire ou particulier. C’est impératif si on veut aider à la circulation des livres et à leur promotion.

Enfin, nous avons bien sûr besoin d’en savoir plus sur le détail de la mesure annoncée : montant des tarifs envisagés, conditions de la dégressivité, délais de mise en œuvre.

Nous espérons recevoir très vite des précisions.


NDLR : Une éditrice qui propose des ouvrages adaptés nous écrivait récemment, « dépitée par cette mesure », pour en souligner cette incohérence. « Les tarifs postaux augmentent encore en janvier. Donc les petits éditeurs indépendants sont et restent les dindons de la farce, car peu présents ou absents dans les librairies. Un tarif postal moindre pour tous les métiers du livre serait plus équitable ! »

Et d’ajouter : « Fatiguée des 2 poids 2 mesures ! Les tarifs sont 1/3 moins cher pour envoyer mon livre en Belgique qu’en France, pourquoi promouvoir la culture à l’étranger ? Commençons par défendre notre culture locale et les petits entrepreneurs. Pourquoi ne pas donner la parole aux petits éditeurs ? Comment faire mon métier et défendre les artistes de ma maison sans être étranglée par la poste, le confinement, la non-visibilité, etc. ? »


crédit photo : ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Commentaires
Soyons clairs, cette possibilité d'avoir des tarifs d'expédition réduits pour les livres, mesure demandée par les libraires, mais aussi par les éditeurs indépendants depuis des années, sera sans doute la clé principale de survie de ma petite maison d'édition si elle est adoptée. Mais il faut aussi qu'elle soit pérenne et appliquée aux éditeurs.
Mesure indispensable pour les petits éditeurs et les auteurs indépendants, qui ne peuvent généralement pas s'offrir le dépôt-vente en librairie.
Kamarad, bienvenue dans la France du XXIe, dernier bastion de la nomemklatura soviéticoïde... Le seul pays au monde où les entreprises privées résolvent leur incapacité de gestion en faisant payer le kontribuable !

Oyez, braves kamarades ! Si toi aussi tu as des problèmes pour vendre tes steaks ou tes salades, va demandez à l'État de faire cracher le kontribuable pour que tu aies un service d'envoi qui ne te coûte pas grand-chose sans avoir à lever le petit doigt. Après tout, tu livres un produit essentiel avec ta bouffe !

Kamarad, fais cracher ce gros kapitalist de kontribuables...

Et puis, quand il aura tout cracher, qu'il ne pourra plus rien acheter, l'État nationalisera les libraires pour qu'ils kontinuent à vendre gratuitement, donc pas de souci !
la France du XXIéme siècle est pleine de surprises, bien tristes. Par exemple, constater l'existence encore des guignols prônant le libremarché à tout va depuis ses iphones subventionnés à 70% par des recherches d'universités publiques, avec une connexion internet largement subventionné par l'Etat. Son petit univers terra planiste, c'est eux qui défient ses frontières imaginaires. Comme ça ils peuvent être les premiers à aboyer ses âneries le tout en se pointant direct se faire soigner ou rembourser quoi que ce soit par les impôts payés par ses voisins. Car ils sont simples: ils n'ont aucun idéal ou intelligence (dans le vrai sens su mot, a ne pas confondre avec le fait d'être malin), ils font juste un petit effort hypocrite pour déguiser sa essence purement égoïste sous une couche d'idéologie.
En Allemagne, on peut envoyer un livre jusqu'à 1kg à 2,70€ avec une enveloppe de 5cm de haut. En France, 7,95€ !!!

Pourtant l'Allemagne n'est pas un pays communiste me semble-t-il ?

En revanche, pour les grosses boîtes comme amazon la poste propose des tarifs préférentiels et c'est le contribuable qui comble le manque à gagné.

Nous nous retrouvons avec un ancien service public devenu servile avec les gros et méprisant avec les petits. Il est là le scandale !
C'est LA mesure à prendre en URGENCE pour sauver bon nombre d'acteurs de la filière édition ! J'espère de tout coeur qu'une décision va être rapidement prise et suffisamment généralisée.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.