Réforme des retraites : “la seule solution possible serait le retrait de ce texte”

Victor De Sepausy - 17.12.2019

Edition - Société - métiers création retraite - projet réforme retraite - démission gouvernement


Ce 17 décembre, un nouveau mouvement de grève global est déclenché dans le pays. En cause, le projet de réforme de retraite universel. Avec la démission de Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire qui portait ce texte, la veille de cette journée de protestation n’enlève rien à la colère. Mauvaise ou très mauvaise réforme, reste que l’idée est de faire plier l’exécutif.

Les aventuriers
Jean-Marc Linder, CC BY NC 2.0
 

Dans un communiqué, le Syndicat national des auteurs et des compositeurs apporte sa pierre à l’édifice. Il évoque « de légitimes inquiétudes », quant au contenu du projet, à travers trois axes : les cotisations des actifs, le montant des retraites versées et l’âge de départ sans décote.
 
Exprimant sa solidarité vis-à-vis des organisations opposées au projet, le SNAC confirme par ailleurs que si les auteurs n’ont pas de contrat de travail — et donc pas de possibilité d’être grévistes — ils n’en demeurent pas moins proches. 

Car pour eux aussi, les « motifs de préoccupations sont nombreux ». Aucune clarification ne se profile, en dépit de la concertation sectorielle qui a eu lieu. On déplore tout particulièrement l’absence d’une étude d’impact véritable sur l’ensemble des métiers de la création. Et la réunion prévue ce 16 décembre ne s’est finalement pas tenue — sans explications.
 
« Le principe même d’une réforme des retraites pour en faire un dispositif universel ne pourra avoir pour conséquences que de gommer la réalité de la spécificité des métiers d’auteurs, la particularité des revenus en droits d’auteur liés au fil de l’exploitation des œuvres et de remettre en cause les solidarités interprofessionnelles auteurs mises en place au fil de l’histoire… », dénonce le SNAC.

Et une fois de plus, on s’aperçoit que les spécificités des métiers de la création ne sont nullement prises en compte, « que ce soit en termes de durée de carrière, de variation et d’irrégularité de revenus ». 

Les responsables politiques entendront-ils qu’en l’état, « la seule solution possible serait le retrait de ce texte » ? La question reste entière.


Commentaires
Très simple et clair



POUR CEUX QUI NE COMPRENNENT PAS LA REFORME. Je vous explique en simplifié.

Aujourd'hui, pour le calcul de vos retraites, on parle en trimestre cotisé. Lors de l'âge de départ ( 62 ans), on prend les 25 meilleurs années pour le privé, 6 derniers mois pour le public.

Avec la reforme, on vous calculera sur l'ensemble de la carrière ( y compris quand vos salaires etaient au plus bas ). Ce qui engendre une diminution de votre retraite puisque le salaire qu'il soit bon ou pas comptera. En mode simplifié,

C'est comme ci je vous dis je vous donne 10€ 20€ 30€ 40€ et 50€. Pour votre retraire je prends les 3 meilleurs ( 30-40 et 50) qu'on divise par 3 cela donne 120÷3=40 euros. Ca c'est le regime actuel.

Avec le nouveau régime on prend tout en compte ca veut 10+20+30+40+50= 150÷5= 30 euros. Reforme macron.

De plus, si vous voulez avoir les 30 euros, il faudra faire 2 ans de plus soit 64 ans, sinon, je vous retire 10
Vous n'avez strictement rien compris. Votre calcul est totalement faux.



On ne peut vous en vouloir, la communication fut mauvaise.



Le système à points existe déjà : régimes AGIRC et ARCCO. Non seulement ils fonctionnent admirablement bien, mais de plus permettent une retraite supérieure à celle du régime général (voir : https://patrickpike.blogspot.com/2019/12/les-avantages-de-la-retraite-points.html) puisque cette dernière, après la réforme Balladur de 1993, fut largement amputée par une réévaluation systématique des meilleures années basée sur l'inflation qui ne permet jamais d'atteindre, ou très rarement, le salaire plafond de la SS. Donc vous n'obtenez que 50% (si vous avez vos trimestres complets) de votre salaire moyen recalculé.



Quant à l'âge pivot, c'est une sottise (voir : https://patrickpike.blogspot.com/2019/12/lage-pivot-une-sottise.html), j'en conviens, mais il sera supprimé, ou reporté à plus tard, lors des négociations, c'est évident, qui permettront également, je l’espère, d'entériner une règle d'or concernant deux points :

1 - L'intangibilité de la valeur du point ne pouvant varier qu'à la hausse.

2 - L'âge légal de la retraite à 62 ans.



Ne vous en déplaise, la retraite à points est non seulement juste pour tout le monde, mais permet de meilleures pensions. Y compris d'ailleurs pour les auteurs. Les perdants seront ceux des régimes spéciaux, atténués d'ailleurs par leur ancienneté puisque ne concernant que les entrants, ainsi que par des revalorisations de salaire pour les enseignants ou autres professions défavorisées.
J'ajouterai, dans ce message qui me permettra de me réabonner au fil de discussion supprimé par erreur, que les régimes spéciaux sont d'un autre âge et ne se justifient plus.

D'ailleurs, les ouvriers du bâtiment, qui souffrent bien plus par la pénibilité de leur travail, qu'un conducteur de TGV, ne bénéficient de rien de spécial.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.