Réfugiés ou précaires : l'Ideas Box, 'une bibliothèque selon les besoins'

Antoine Oury - 23.04.2015

Edition - Société - Bibliothèques Sans Frontières - mairie 10e arrondissement - Ideas Box


L'Ideas Box est une sorte de couteau suisse culturel, imaginé et produit en France par Bibliothèques Sans Frontières (BSF). Cette boîte dessinée par Philippe Starck se déploie en quelques minutes pour proposer une médiathèque mobile : livres papier ou numérique, tablettes, lecteurs ebook, écran, tables et chaises... Un outil précieux pour les camps de réfugiés ou les territoires en crise, mais également en France, auprès de publics précaires ou éloignés de la culture.

 

 

Bibliothèques Sans Frontières - Ideas Box à la Mairie du 10e

L'Ideas Box de BSF, à la Mairie du 10e arrondissement de Paris

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le concept de l'Ideas Box avait été présenté à l'occasion du 80e congrès mondial des bibliothécaires, l'IFLA, cet été à Lyon. Créée à l'initiative de Bibliothèques Sans Frontières avec la collaboration du designer Philippe Starck, cette solution mobile d'accès à la culture a été déployée au Burundi en cinq exemplaires, tandis que d'autres partiront bientôt pour la Jordanie, le Liban et l'Éthiopie. 

 

Ce mercredi soir, BSF célèbre l'arrivée d'une Ideas Box pour des populations géographiquement plus proche de nous : la mairie du 10e arrondissement de Paris se dote en effet d'une de ces boîtes. « L'accès de tous à la lecture est un axe important de notre politique, et cela s'incarne d'ailleurs par des bibliothèques municipales nombreuses », souligne Rémi Féraud le maire PS de l'arrondissement. L'Ideas Box permettra d'aller chercher un public éloigné des bibliothèques, mais demandeur de culture.

 

Déployée au square Alban-Satragne ou au Jardin Villemin, dans le 10e, la Box permettra par exemple à des enfants qui ne partent pas en vacances de profiter d'une offre culturelle et d'activités en plein air. Une boîte à culture sera bientôt envoyée à Calais, « où nous connaissons le public de migrants, le même que dans le 10e arrondissement, notamment de jeunes originaires d'Asie centrale ou d'Afghanistan, et aujourd'hui de la Corne de l'Afrique », précise Rémi Féraud. « Je sais aussi leur appétit pour la connaissance, pour le livre : il n'y a qu'à voir le succès des cours pour apprendre le français dans le 10e arrondissement. »

 

Dans le 10e arrondissement, c'est l'équipe de la médiathèque Françoise Sagan, qui ouvrira ses portes en mai prochain, qui s'est emparée de l'outil et définira la politique culturelle à mettre en place.

 

Savoir qui, dans un pays développé, a besoin de l'Ideas Box

 

Le déploiement de la première Ideas Box en France va également servir d'expérimentation, nous explique Patrick Weil, le président de Bibliothèques Sans Frontières : « Nous allons commencer dans le 10e arrondissement, puis les berges de la Seine, la banlieue, et enfin les zones rurales de l'Île-de-France. C'est une façon pour nous de tester qui, dans un pays développé, qui a besoin d'utiliser l'Ideas Box », souligne Patrick Weil.

 

 

Bibliothèques Sans Frontières - Ideas Box à la Mairie du 10e

Un des modules de la Box déployée (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

L'objectif étant d'inciter les municipalités à se munir d'une médiathèque mobile. Celle du 10e arrondissement a été achetée avec l'aide de la Fondation Cultura, liée à la chaîne de magasins culturels. « L'esprit de cette opération s'accorde avec celui de nos magasins, qui sont situés en périphérie des villes, là où l'offre culturelle est manquante », explique Nathalie Klochendler, déléguée générale de la Fondation. Cette dernière a fourni une aide en nature, avec des dons de livres et de matériel, un soutien financier, ainsi qu'un mécénat de compétences : pendant deux mois, des salariés payés par Cultura prêteront main-forte à BSF.

 

Bibliothèques Sans Frontières s'attache à la création, en France ou à l'étranger, d'une offre culturelle personnalisée au sein de ou des Ideas Box envoyées sur le terrain. Cette offre est définie avec les acteurs locaux, libraires, organismes, éditeurs ou bénévoles, en fonction des besoins. Par ailleurs, l'organisation assure 1 à 3 mois de transfert de compétences sur place, pour que les Ideas Box restent entre de bonnes mains, une fois les équipes réduites.

 

Transmettre l'habitude de la bibliothèque

 

L'Ideas Box vient en complément de l'offre culturelle proposée au sein des bibliothèques « en dur » : « L'Ideas Box permet aussi de faire venir les gens dans les bibliothèques fixes. Ils sont parfois un peu impressionnés par la bibliothèque, ou celle-ci est loin de leur domicile, mais s'ils deviennent "addict" à certaines activités que la box leur permet, on leur dira qu'il est possible de continuer à la bibliothèque municipale, une fois la Box partie », explique Patrick Weil.

 

Autour du monde, la proposition de l'Ideas Box a été favorablement accueillie : « Nous sommes désormais sur les 5 continents », détaille le président de BSF. « Des bibliothèques australiennes se sont cotisées pour offrir un Ideas Box aux populations aborigènes, et un accès à l'éducation et à la culture sur place, au sein des tribus. Une boîte va être déployée tout l'été dans le Bronx, à New York, et bientôt en Asie, dans les zones rurales du Cambodge. »

 

 

Patrick Weil - Bibliothèques Sans Frontières - Ideas Box à la Mairie du 10e

Patrick Weil, président et fondateur de BSF (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le coût final d'une Ideas Box s'estime autour de 50.000 €, et BSF espère désormais faire baisser le coût du matériel en industrialisant sa production : « Les box sont produites en France, dans la région parisienne, et le carnet de commandes est complet », assure Patrick Weil. Le Prix La France s'engage, soutenu par François Hollande et le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Patrick Kanner, a donné un fameux coup de pouce à l'initiative.

 

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a également manifesté son intérêt pour le projet, ce qui, au vu de l'actualité, est sans aucun doute une bonne nouvelle.