medias

Refusant la banalisation du viol, Vanessa Courville quitte la revue XYZ

Fasseur Barbara - 27.07.2018

Edition - International - XYZ Nouvelle Viol - Demission Revue Quebec XYZ - Vanessa Courville Viol Nouvelle


La revue littéraire québécoise XYZ, la revue des nouvelles a vu sa directrice partir précipitamment. Préférant claquer la porte que d’être associée à la publication d’un texte dont la chute décrit une agression sexuelle dans le prochain numéro, Vanessa Courville a démissionné le 14 juillet dernier. La décision fait débat à la rédaction.



 

Qualité d’écriture et liberté d’expression sont les maîtres mots de la revue, selon l’éditeur Jacques Richer, certes, mais jusqu’à quel point ? Vanessa Courville, qui est également chargée de cours à l’université de Sherbrooke, avait rejoint la rédaction au mois de janvier, mais elle vient pourtant d’écouter son mandat.

 

Elle prenait la suite de l’ancien directeur pour mettre sur pied le numéro d’août de la revue trimestrielle sur le thème « armes ». À la lecture de la nouvelle, choquée par sa chute, plutôt que de quitter son poste récemment acquis, elle demande à ce que son nom soit remplacé par celui de l’ancien directeur qui avait entamé la sélection des textes avant son arrivée.

 

Jacques Richer, éditeur de XYZ, s’est catégoriquement opposé à ce changement, dont la jeune directrice aurait fait part deux jours avant l’envoi de la maquette à l’imprimerie. L’éditeur voit dans le départ précipité de Vanessa Courville une « faute professionnelle », notamment du fait de ce délai.

 

Une décision que les 15 écrivains du comité de rédaction ne comprennent pas, allant même jusqu’à la qualifier « d’inacceptable ». L’auteur de la nouvelle incriminée, David Dorais, est membre de ce comité et présente sa nouvelle au Devoir : « Il s’agit d’un pastiche du jeu de société Clue [Cluedo, NDLR], dans lequel le personnage de Mlle Scarlett se fait prendre en chasse dans un manoir anglais par les autres personnages », seulement, l’issue n’est pas le meurtre, mais un viol.

 

Jacques Richer admet le malaise de Courville, reconnaissant « une fin “violente”, qui “dérange”, mais qui “ne va pas trop loin” ». Il poursuit : « La nouvelle est très bonne, très efficace, elle est menée avec finesse, l’intrigue se tient ». L’ex-directrice en a elle une tout autre vision : « C’est de la violence gratuite, un viol pur et simple du personnage féminin, alors que les autres observent la scène en silence. »

 

Vanessa Courville explique son geste dans une lettre : « Ma démission s’inscrit dans le contexte social actuel des mouvements #AgressionNonDénoncée et #MoiAussi. Elle constitue une résistance nécessaire face aux représentations des corps violés en littérature afin de comprendre les violences qui marquent le corps des femmes et des personnages féminins depuis des lustres. »


Not That Bad : la féministe Roxane Gay
unit les voix contre la culture du viol


Cet acte de protestation aura tout de même fait réfléchir au sein du comité, puisque la nouvelle perd la dernière phrase de sa chute. Le dénouement reste identique, mais moins explicite, d’après l’éditeur : « On sait que Mlle Scarlett est attachée à la table de billard, on lui a arraché sa petite culotte et [l’un des personnages] dépose sur la table les armes, le pistolet, le chandelier, etc. La violence n’est pas décrite, elle est suggérée. »

Cette piètre modification n’est pas suffisante aux yeux de Vanessa Courville qui voit dans la nouvelle une banalisation du viol. Jacques Richer campe lui sur ses positions, l’auteur « démontre une réalité, celle d’un groupe de gens pervers, blasés et riches, qui ne savent plus quoi faire dans la vie. » « La littérature n’a pas à tout niveler, ça va être plat à mort sinon », conclut-il.



Commentaires

XY... 1 fille sur 4 et 1 garçon sur 7 banalement violés dès l'enfance mais personne ne trouve jamais les agresseurs. François s'excuse de diaboliquement payer un avocat au, Pervers banquier du Vatican. Surtout ne jamais dénoncer les viols de vos gosses... Les meufs sont sans doute toujours victimes de leurs manips de culs irresponsables entre machos sans jamais reconnaitre Là, Conscience uniquement Solaire androgyne de Linda. https://laguenon.wordpress.com/2018/03/18/linda-violee-des-0-an-desolee-de-survivre-pour-pouvoir-lecrire/

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.