Régime d'écrivain : levé à 4 h du matin avec un smoothie aux épinards

Clément Solym - 21.11.2018

Edition - Société - Dan Brown conseils - smoothie épinard écrivain - thriller conseils écriture


Depuis son Da Vinci Code, personne ne l’a oublié, que ce soit dans les librairies ou au cinéma. Dan Brown, toujours impeccable, a vendu plus de 250 millions d’exemplaires de ses romans, traduits en 56 langues. Et maintenant, il donne des cours d’écriture.


 

 

Comme d’autres célébrités du livre, c’est avec MasterClass que Brown collabore – assurant cependant que ses émoluments sont reversés à une œuvre de bienfaisance. Le cours en ligne regroupe des gens comme James Patterson ou Margaret Atwood, pas vraiment des petits jeunes...

 

Mais à 54 ans, Brown continue d’être fasciné par le processus créatif : impossible de dire quelle sera la bonne idée, mais il entend proposer à ses étudiants une méthodologie. Et de rassurer : l’idée n’a pas besoin d’être originale. Dans le cas de James Bond, Ian Fleming déclinait une aventure classique où l’agent secret désamorce la bombe et finit avec la fille. Le tout réside dans le comment...

 

Tout roman doit reposer sur un modèle simple assure-t-il, et pas seulement pour les thrillers : le contrat entre lecteur et auteur correspond aux promesses qu’on lui fait. Et qu’on doit tenir. 

 

Recherches et curiosité comptent parmi les nécessités premières de la vie de l’écrivain. Et ce dernier reste humain : « Bien sûr, nous sommes tous censés prétendre que nous ne lisons pas les critiques, ou du moins, qu’elles ne nous atteignent pas. La réalité est que vous voulez que tout le monde aime ce que vous faites, et quand ce n’est pas le cas [...] vous devez simplement en rire, et reconnaître que la personne ne partage pas vos goûts. »

 

Les bonnes critiques rendent paresseux, les mauvaises rendent nerveux. Entre les deux ? Eh bien, c’est l’humilité et le travail qui comptent le plus, explique l’homme qui publie son huitième roman, Origin, sur l’intelligence artificielle. 

 


 

Et s’il ne fournit qu’un secret sur son propre mode d’écriture, c’est qu’il commence sa journée à 4 h du matin. « J’essaie de passer de l’état de sommeil – du rêve – à mon bureau le plus rapidement possible. Ce qui est bien avec le fait d’écrire à 4 h, c’est que personne ne vous envoie de courrier électronique », plaisante-t-il.

 

« Je cours donc à la cuisine, prend un smoothie aux épinards et du café, et je me rends à mon bureau. Je travaille de six à neuf heures, en fonction de la quantité d’énergie dont je dispose. » Et le boulot ? Réécrire ce qui a été fait la veille, ou s’assurer de la justesse des imbrications. 

 

 

via Guardian




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.