Régionales : Laurent Wauquiez porte “de fausses accusations“ contre l'Arald

Cécile Mazin - 03.12.2015

Edition - Société - Laurent Wauquiez - Arald région - fausses accusations


La campagne pour les élections régionales a repris doucement, mais certains frappent fort. Laurent Wauquiez, secrétaire général de Les Républicains et candidat pour le Rhône-Alpes, serait donné gagnant au second tour, dit-on. Mais ses déclarations viennent de déclencher la colère de l’Arald. L’Agence se retrouve en effet sous le feu d’attaques, « de fausses accusations », assure l’association, qui se défend.

 

Lyon - Trompe l'oeil : Livres, librairie, biblio café

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Dans un inventaire à la Prévert des tragédies qui frappent la région Rhône-Alpes, le candidat Wauquiez se pique donc de redresser les torts. Dénonçant les dix années de « règne au Conseil régional d’une majorité à bout de souffle et à court d’idées », il passe en revue plusieurs points. Et s’arrête notamment sur l’Agence Rhône-Alpes pour le Livre et la Documentation « subventionnée annuellement par la région à hauteur d’environ 1 million d’euros ». 

 

Le candidat LR revient ainsi sur l’ancienne direction de l’établissement. « L’ancien directeur a été entendu et renvoyé devant le tribunal à propos de “dérives personnelles qu’a mis en évidence la brigade financière”, à la suite d’opérations ayant entraîné un déficit de 700.000 euros », lance-t-il. L’affaire est donc entendue : « Les élus régionaux en charge du suivi de l’ARALD n’ont tout simplement pas fait leur travail de contrôle. »

 

Par la suite, intervenant sur la radio Lyon Première, il affirme que l’actuel président de l’Agence aurait des relations de proximité avec le parti socialiste et serait « poursuivi par la justice ». Mais l’Arald s’étrangle : Laurent Wauquiez aurait la manie de tout confondre. Au terme d’amalgames, on aboutit bien à un gloubiboulga qui permet de dire tout et son contraire, pourvu que la cause soit servie.

 

Selon l’Arald, les propos du candidat « mêlent injustement les dirigeants actuels » et les « agissements délictueux d’un ancien salarié, licencié en 2012 et poursuivi pénalement par le Procureur de la République ». Le tout se déroule effectivement au Tribunal de grande instance d’Annecy, et tant l’Arald que la région Rhônes-Alpes se sont portées parties civiles dans cette procédure.

 

« Grâce au soutien réaffirmé des partenaires publics de l’association ainsi qu’à la mobilisation des professionnels du livre au niveau régional et national, l’Arald a tourné la page du redressement judiciaire en 2013, avec un projet de redéploiement de ses activités confié à une équipe restreinte de 7 salariés menée par un nouveau directeur », indique l’organisation. 

 

Et de rappeler à toutes fins utiles son indépendance, de même que le financement de l’association, assuré par la Région, le ministère de la Culture et la Drac Rhônes Alpes. « Son équipe salariée est composée de professionnels qui accompagnent l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre dans leur développement économique et culturel. »

 

Concernant le volet juridique, notons que le procès qui mettait en cause l’ancien secrétaire général, Christophe Doutau, a été long a venir. C’est à lui qu’on imputerait un déficit de 700.000 €, ainsi que des faux en écriture publique et enrichissement personnel. 

 

ActuaLitté n’est pas parvenu à joindre l’Arald pour définir ce que l’association comptait faire contre les accusations de Laurent Wauquiez.