Régis Jauffret et son éditeur assignés en justice par DSK

Louis Mallié - 03.04.2014

Edition - Société - DSK - Bétourné - Seuil


C'est décidé. Dominique Strauss Kahn poursuivra bien en justice Régis Jauffret et les éditions du Seuil pour le roman La ballade de Rikers Island. L'assignation à comparaître a été envoyée le 26 mars après deux mois de réflexion, ravivant pour une énième fois le débat sur la frontière entre réalité et fiction dans l'oeuvre romanesque. 

 


Domique Strauss Kahn explaining 'the excitement principle'  to the University of Cambridge

Dominique Strauss Kahn à Cambridge, en 2012

Tjebbe Van Tijen,  CC BY 2.0

 

 

Sorti en librairie le 16 janvier dernier, l'ouvrage avait bénéficié d'une large couverture médiatique. Il raconte l'histoire d'un personnage, seulement désigné par « il » : président d'une institution financière internationale, il est accusé de viol par une femme de chambre d'origine africaine. Il est alors incarcéré quelques jours sur le continent américain avant d'être libéré sous caution. À sa sortie, sa carrière est brisée et sa femme le quitte. 

 

L'étonnante originalité du romancier lui vaut aujourd'hui d'être poursuivie en justice pour diffamation par l'ancien directeur du FMI qui semble s'être senti diffamé dans l'ouvrage. Lors de l'émission de radio « Comme on en parle », pour laquelle Régis Jauffret était l'invité de Pascale Clark, l'auteur, selon les termes employés par les avocats de DSK, lui « attribue l'agression sexuelle de Nafissatou Diallo ». Or, la justice américaine s'est gardée de condamner leur client.

 

« Dominique Strauss-Kahn conteste formellement les déclarations diffamatoires de Régis Jauffret contenues dans son dernier livre ainsi que celles tenues ce matin à la radio dans le cadre de sa promotion », avait déclaré Jean Veil, l'avocat de M. Strauss Kahn. Mais ce qui est étrange, c'est que l'allocution radiophonique semble plus visée que le livre lui-même… alors que la plainte porte bien sur l'ouvrage.

 

"Comment ne pas être choqué"

 

« Les difficultés que le plaignant doit surmonter pour refaire sa vie, après les épreuves que l'on sait, ne sauraient justifier une telle procédure », s'indigne le président des Editions du Seuil, Olivier Bétourné dans un communiqué. « Comment ne pas être choqué par le texte de l'assignation en vertu duquel Monsieur Dominique Strauss-Kahn nous cite à comparaître, Régis Jauffret et moi-même, réputés respectivement "complice" et "auteur principal" de la prétendue diffamation dont nous nous serions rendus coupables », poursuit-il.

  

Ce n'est pas la première fois que Dominique Strauss Kahn porte plainte contre un(e) auteur(e) pour diffamation. En 2013, Marcela Iacub avait été la cible des foudres de l'ancien président du FMI, après la publication d'un roman dans lequel elle décrivait sa liaison avec un personnage public gardé secret. Lors d'un entretien avec le Nouvel Observateur, elle avait cependant indiqué qu'il s'agissait de Dominique Strauss Kahn avec qui elle avait eu une liaison courant 2012...

 

Quant à Régis Jauffret, ce n'est pas non plus la première fois qu'il a des démêlées avec la justice pour un de ces romans. Il avait déjà été attaqué par la famille d'Édouard Stern pour son roman Sévère paru en 2010 qui s'inspirait (fortement) de l'assassinat du banquier par sa maîtresse en 2005. « Je suis romancier, je mens comme un meurtrier. Je ne respecte ni vivants, ni morts, ni leur réputation, ni la morale », avait alors déclaré l'auteur.

 

A propos de la Ballade...

Ce roman relate des événements qui se sont déroulés au début du XXIe siècle. Le président d'une institution financière internationale est accusé de viol par une femme de chambre. Il est incarcéré pendant quelques jours dans une prison du continent américain. Libéré sous caution, les poursuites sont finalement abandonnées. A la suite de cet incident, sa carrière est brisée. Après l'avoir soutenu lors de ses démêlés judiciaires, son épouse demande le divorce. Une histoire anodine. Seule la célébrité dont semblait jouir l'accusé à cette époque a pu pousser quelqu'un à s'en emparer.
Cette affaire s'est effacée des réseaux avec le temps. Quelques copeaux d'articles de presse nous amènent cependant à supposer un fond de réalité à cette histoire dont un exemplaire a été exhumé intact du fond d'un gouffre. Si vous êtes contemporain des faits dont il s'inspire, c'est peut-être celui que vous tenez entre vos mains.

 

« Régis Jauffret se trouve mêlé ces dernières années à trop d'affaires crapoteuses pour être totalement innocent » a commenté sur le site du Monde des Livres Éric Chevillard dans son article « La Ballade de Rikers Island, le livre contre lequel DSK se bat. » Peut-être le problème vient-il donc aussi d'un auteur qui, comme l'avait remarqué pour Claustria l'émission le Masque et la Plume sur France Inter « se ballade depuis dix ans avec une pancarte “cherche sujet de roman“ ». 

 

Contactées par Actualitté, les Éditions du Seuil n'ont pas donné suite à nos appels.

 

Mais on peut tout de même retrouver le livre de Régis Jauffret en librairie