Reims : la librairie Guerlin placée en redressement judiciaire

Laure Besnier - 09.02.2018

Edition - Librairies - Librairie Reims - Librairie Redressement judiciaire - librairie Guerlin reims


Le tribunal de commerce de Reims a placé la librairie Guerlin en redressement judiciaire. Malgré cette décision dont les motifs s'expliquent, selon la directrice Charlotte Parouty, par des causes à la fois structurelles et locales, la libraire ainsi que son équipe de 15 salariés sont dans un état d'esprit « combatif ». 

 

Librairie Guerlin

 

« Le tribunal de commerce de Reims a décidé de la poursuite d'activité, cela veut dire qu'après avoir analysé nos comptes, ils nous ont jugés capables de traverser cela » indique Charlotte Parouty, tout en refusant de nous révéler le montant de la dette de la librairie indépendante rémoise. 

 

La librairie scolaire et généraliste Guerlin existe depuis une trentaine d'années. Elle a connu différents directeurs. Il s'agissait à l'origine d'une librairie Chapitre, qui, après un dépôt de bilan, fut rachetée par Cédric Thirel, lequel la nomma d'après ses fondateurs. 

 

 

Quelques explications

 

Charlotte Parouty analyse les raisons de ce placement en redressement judiciaire comme des motifs structurels et conjoncturels. « Depuis plusieurs années, le marché se contracte », notamment avec l'arrivée d'Amazon, explique-t-elle, « même si les libraires ont trouvé depuis des réponses, cela ne suffit pas ». 

 

Preuve en est ; certains professeurs — pas tous, « certains font des précommandes et nous envoient leurs élèves » précise la directrice — recommanderaient à leurs élèves d'acheter des livres sur Amazon. 

 

« Les deux cas de figure existent, mais les professeurs de français sont censés soutenir le patrimoine immatériel français, à travers la langue, en envoyant les élèves à la découverte des librairies pour leur montrer des livres qui ne sont pas seulement de l'ordre de la prescription. » 

 

Autre explication : l'indépendance de la librairie qui fait qu'elle n'a pas de groupe financier qui pourrait ponctuellement venir au secours de la boutique, ce qui est, pour Charlotte Parouty, symptomatique des PME françaises. De surcroît, historiquement, la librairie Guerlin profite des étudiants venus de l'Université de Reims–Champagne-Ardenne (URCA), notamment en médecine et en droit (ce qui demande des livres spécifiques, très chers).
 

À Lille, la librairie internationale V.O.
cherche un repreneur

 

Mais aujourd'hui, Charlotte Parouty assure faire face à une « concurrence déloyale » avec les corporations de droit et de médecine qui « ne respectent pas la loi Lang et pratiquent des prix au-delà du niveau de la remise de 5 %. Nous respectons la loi, et nous ne pouvons pas aller au-delà de la remise. C'est difficile de lutter contre les corporations qui sont au-dessus de la loi. » 

 

Enfin, la directrice de la librairie Guerlin voit d'autres raisons : la politique régionale concernant la numérisation du livre scolaire, qui va à l'encontre du métier de libraire « qui n'est pas là pour vendre des fichiers » ou encore le fait que les jeunes se tournent plus naturellement vers internet. « C'est un défi que de faire revenir les étudiants en librairie » raconte-t-elle. 

 

Les solutions

 

Alors que faire pour remonter la pente ? D'autant plus que la librairie rassemble 15 salariés. Si la libraire ne nous dévoile pas son plan de relance, elle nous parle de quelques axes sur lesquels elle entend continuer à travailler, définissant ainsi ce que doit être un libraire ainsi que son rôle. 
 


 

« En tant que librairie générale centrale, ce qui nous importe, c'est le contact, le conseil et l'accueil » explique Charlotte Parouty, ce qui est aussi une bonne manière de « se différencier d'Internet ». « Nous sommes avant tout un lien social », nous lance-t-elle. Ce que la libraire et son équipe aiment, c'est écouter le client et l'aider à chercher ce dont il a besoin. 
 

Et tout cela est possible parce qu'« on ne nous dit pas quoi acheter ni comment » raconte-t-elle : « Le cœur de notre métier, c'est de dénicher. On propose à nos clients autre chose que des choses précalibrées. Car on sait que les gens sont curieux, et nous devons répondre à leur besoin d'exigence et de curiosité. On prend le temps de connaître nos clients, ils ne sont pas seulement une suite d'algorithme. On peut oser certains titres, car nos clients ont des goûts éclectiques, divers, vastes. Il faut répondre à tous tout en étant des indicateurs, des révélateurs. » 

Avant d'ajouter : « Le danger, c'est quand les libraires rangent des livres qu'ils n'ont pas commandés, quand cela devient un produit et non plus un livre. »
 

Continuer les activités


Finalement, la directrice de la librairie Guerlin entend continuer les activités telles que les petits-déjeuners libraire, ouverts à tous, chaque samedi de fin de mois et où l'équipe présente ses coups de cœur, leur partenariat avec l'association Lire et faire lire pour faire la lecture aux tout petits, les signatures d'auteurs, notamment d'auteurs régionaux. 

 

La librairie se veut bien ancrée dans sa région, avec un rayon régionalisme. Il s'agit de « faire vivre et comprendre la région. Nous sommes un acteur culturel local de développement », explique Charlotte Parouty. Ainsi des partenariats de la librairie comme avec la Comédie de Reims. 

 

On comprend donc l'état d'esprit « combatif » de la libraire et de son équipe, aimant leur métier ainsi que la relation avec le client. « Nous avons un savoir ancestral qui évolue et nous avons la capacité d'évoluer. » L'équipe va donc aller « au turbin » conclut Charlotte Parouty. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.