Réintégration sans condition du lycéen bloqueur

Clément Solym - 19.07.2009

Edition - Société - lycéen - bloqueur - réintégration


Devant s’inscrire en classe de terminale ES au sein de son établissement parisien du XX° arrondissement, Tristan Sadeghi avait été, dans un premier temps, invité par le chef d’établissement à s’engager par écrit à ne pas bloquer le lycée l’an prochain.

Cette condition avait été vécue par le lycéen comme discriminatoire. Soutenu par de nombreuses organisations lycéennes et étudiantes ainsi que par quelques partis politiques, le jeune homme de 17 ans a réussi à obtenir gain de cause.

Le proviseur du lycée Maurice Ravel devant accueillir le lycéen a été obligé de plier sous la pression. Même si Tristan Sadeghi a été l’une des principales têtes des mouvements de contestations durant les deux dernières années au sein de lycée, il ne sera nullement inquiété à ce titre.

Le proviseur, Philippe Guittet, avait justifié sa demande en s’appuyant sur le point du blocage du lycée, non de la contestation en elle-même : « Je ne demande pas qu'il renonce à ses actions militantes, mais aux actions de blocage du lycée, qui sont illégales et coûtent cher à la société » avait-il déclaré à l’AFP.

De son côté, le lycéen, soutenu par de multiples manifestations, avait affirmé devant l’AFP : « Je ne signerai pas. C'est inacceptable de faire pression sur moi pour que je signe ce papier ». Tristan Sadeghi pourra donc continuer paisiblement sa scolarité et préparer sérieusement son bac l'an prochain dans le lycée Maurice Ravel.