ReLIRE présenté à François Hollande : "Si l'on m'invite, je viendrai à la BnF"

Antoine Oury - 22.03.2013

Edition - Bibliothèques - Bibliothèque nationale de France - Bruno Racine - François Hollande


Au cours de son périple au Salon du Livre, Parc des Expositions, il était un stand que François Hollande   se devait de ne pas rater : celui de la Bibliothèque nationale de France, où Bruno Racine en personne a fait acte de présence. Pour une courte présentation du site ReLIRE, qui recense les oeuvres indisponibles du XXe siècle et permet aux ayants droit et auteurs de s'opposer à sa numérisation, si telle est leur volonté.

 


Bruno Racine, François Hollande

 

 

Accompagné par Aurélie Filippetti, le président s'est frayé un chemin jusqu'à Bruno Racine : « Ça, c'est important », déclare-t-il à la vue du portail, que Bruno Racine s'empresse de lui présenter dans le brouhaha général. « Les livres numérisés seront de nouveau disponibles commercialement, et consultables aussi à la BnF. Les auteurs et les ayants droit peuvent s'opposer. »

 

« Il y a un délai de six mois pour décider », si l'ayant droit ou l'auteur souhaite quitter le programme de numérisation, poursuit le président de la BnF, en présentant un exemple à François Hollande. « Ce livre est très rare, hein ? » s'amuse ce dernier, menaçant de formuler une demande de retrait. « Bon, allez, je ne m'y oppose pas ! »

 

Levant la tête vers le stand, le président profite du bain de foule : « Tout ce monde là travaille à la BnF ? Alors c'est vous qui m'avez envoyé des pétitions pour que je ne renomme pas Bruno Racine ! » L'échéance approche, en effet, qui déterminera si l'actuel président de la BnF passe le cap, et se trouve reconduit dans ses fonctions.

 

D'ailleurs, Hollande le dit lui-même, pour conclure : « Bruno, c'est un jeune président ! S'il m'invite, je reviendrai avec plaisir à la BnF. » Pour donner quelques conseils au « jeune président » ?