Rémunérer les auteurs en festival : l'Angleterre priée de faire des efforts

Clément Solym - 23.12.2015

Edition - Economie - rémunération auteurs - festivals manifestations - littérature conférence


En France, la rémunération des auteurs, sous certaines conditions, deviendra obligatoire pour les manifestations soutenues par le Centre national du livre. Une décision saluée, mais également décriée, dont l’Angleterre nous renvoie un écho intéressant. La Society of Authors a en effet demandé aux festivals littéraires de reconsidérer la gratification accordée aux auteurs.

 

Fwd: Photos of Matt

Payer les auteurs, get it ?

Kelly Sue DeConnick, CC BY SA 2.0

 

Dans le cadre de sa Festivals Survey, la SoA a en effet publié les premiers résultats émanant de 17 des 22 festivals sollicités. L’organisation remarque tout d’abord que de belles raisons d’être optimiste se profilent – en dépit des multiples variables qui distinguent les manifestations.

 

Sur les 17 répondants, 12 rémunèrent tous les auteurs qu’ils sollicitent, que ce soit en tant que conférenciers ou comme membre d’une table ronde. Les rémunérations varient cependant de 100 £ à 1000 £, même si la moyenne s’établit entre 150 et 200 £. À cela s’ajoutent des frais connexes, qui ne sont pas détaillés – on image que cela touche à l’hébergement ou aux frais de bouche. 

 

Les festivals s’adaptent également à la notoriété des auteurs, et, dans ce cas, les rémunérations peuvent différer, de 350 à 1000 £. Les présidents des festivals sont également payés, entre 75 et 150 £.

 

« Nous avons demandé à tous les festivals de reconsidérer leurs paiements aux auteurs », poursuit la SoA, soulignant que leurs revenus moyens, quand ils sont auteurs professionnels à temps plein, avoisinent les 11.000 £. 

 

« Un événement implique un temps de préparation et les auteurs méritent d’être payés tout autant que tout autre professionnel qui contribue à l’événement, en particulier si les gens payent pour les voir. Nous savons que l’économie des festivals est complexe, et, bien entendu, la négociation des honoraires est une affaire individuelle », poursuit la SoA. 

 

À ce titre, elle rappelle quelques évidences : même si un auteur prend part au festival pour une seule heure d’intervention, « il perd rarement moins d’une journée, que ce soit en préparation et en voyage ». 

 

L’organisation est actuellement en discussion avec les festivals qui ont pris part à l’enquête, pour faire évoluer les conditions de rémunération des auteurs. Elle recommande également de recourir au calculateur proposé par Andrew Bibby, écrivain et journaliste, pour disposer d’une base.

 

Dans ses échanges, la SoA a également obtenu des accords avec l’Arts Council England, concernant le traitement des auteurs. Il a été convenu que l’ACE analysera les dépenses réalisées pour assurer la rémunération des auteurs. Il a aussi confirmé que les festivals qui ne débloquent pas de fonds pour payer les auteurs ne disposeront pas de subventions. (via SoA