Renaissance des groupes de lecture au Royaume-Uni

Clément Solym - 07.01.2013

Edition - Société - Lecture publique - Groupe de lecture - Londres


En cette époque hautement technologique, la lecture publique semble un peu passée de mode. D'ailleurs, cela fait un petit moment que les adultes ont perdu l'habitude de se réunir pour se faire lire un livre. La lecture est devenue une pratique solitaire depuis plus d'un siècle. Certains essayent de changer un peu la donne, en faisant la promotion du storytelling.

 

 

Lectures - Festival Terres Insolites au Muséum de Toulouse museumdetoulouse, CC BY-ND 2.0

 

 

Elizabeth Day, qui croit fortement aux bienfaits de la lecture publique, a expliqué pourquoi à nos confrères du Guardian dans une tribune rédigée afin de montrer le bien-fondé de son projet. En effet, elle anime un groupe de lecture dans la Simon Oldfield Gallery dans le quartier de Mayfair à Londres. 

 

Cela fait maintenant un mois qu'elle s'occupe de ce projet, à raison d'une rencontre hébdomadaire. Tout le monde est libre de s'y rendre : pas de carte de membre à présenter à l'entrée. Selon elle, tous les adultes qui ont assisté à ces lectures sont sous le charme. C'est comme retomber en enfance. 

 

Plus généralement, il faut croire que la lecture à voix haute a le vent en poupe. D'une part grâce aux livres audio, facilement accessible avec le développement du numérique. D'autre part grâce à la mise en place d'associations de lecture pour adulte. Ces dernières sont là pour faire prendre conscience d'une dimension longtemps oubliée du livre, celle qui passe par la parole vivante. Il y a un second intérêt : c'est un excellent moyen de lutter contre l'illettrisme. 

 

The Reader Organisation a été créée dans le but de répondre à ces deux critères. L'organisation peut se vanter d'avoir désormais 350 groupes de lecture hebdomadaire à travers le Royaume-Uni. La fondatrice, Jane Davis, explique ce succès grâce aux  sentiments ressentis par les participants. « Les gens partagent une expérience très intense. »

 

Il faut croire que le public, très varié (des jeunes adultes aux retraités), apprécie aussi le caractère informel de ces réunions. Il est simplement question de lecture, il n'y a pas d'interprétations pompeuses du texte à la clef ou des débats prétentieux sur la littérature. 

 

Autrement dit, tout le monde est content : selon The Reader Organisation, 96 % des personnes interrogées sur ces lectures étaient heureuses d'avoir aussi pu rencontrer des gens avec qui ils n'auraient pas échangé en d'autres circonstances. 

 

Pour approfondir

L'application Google Play Books fera la lecture à voix haute

Le livre audio vu par les éditeurs et les lecteurs