Belgique : le plan lecture de Joëlle Milquet à destination des jeunes

Nicolas Gary - 02.03.2015

Edition - International - Belgique lecture - Joëlle Milquet - jeunes livres plaisir


Profitant de la Foire du livre de Bruxelles, la ministre de l'Éducation, de la Culture et de l'Enfance a présenté son Plan lecture, comme elle l'avait promis. À travers de dernier, elle souhaite avant tout « adapter notre politique culturelle à l'évolution de la société ». Numérique, jeunesse et société, un vaste projet... 

 

 

 

 

 

Présenté ce 28 février, le plan pour la lecture souhaite associer les auteurs belges francophones à une grande démarche de retour du livre, principalement auprès des plus jeunes publics. Soulignant que le pays manque d'un programme référent pour les enfants de 0 à 6 ans, la ministre va « rendre ces référentiels obligatoires dès le plus jeune âge en insistant sur le rapport à la lecture avec des consignes claires en matière de pratiques de lecture ». 

 

Le projet sera poursuivi en classes primaires, « parce que la maîtrise de la lecture est fondamentale dans la réussite scolaire ». Il ne s'agit pas d'imposer des auteurs ni des œuvres, mais de conseiller sur les lectures les plus importantes. « Donc dorénavant il y aura des obligations dans l'apprentissage de la lecture. Évidemment on va faire ça avec des pédagogues et les enseignants. Le rapport à la lecture est fondamental pour nos jeunes, pour leur rapport aux autres, pour leur esprit critique, pour appréhender aussi la notion de liberté d'expression. » (via Le Soir)

 

Inciter à la lecture, voilà qui n'est pas une mince affaire. Tout débutera à compter du mois de septembre, sous la direction d'un coordinateur transversal, dernièrement désigné pour ce faire. Celui-ci s'appuiera sur des groupes de travail et de réflexion, où se retrouveront différents professionnels de l'édition, tant éditeurs, libraires, que bibliothécaires ou auteurs. 

 

 

 

Cette mobilisation de l'ensemble des acteurs « peut permettre, en mutualisant les compétences et les moyens, d'apporter une véritable dynamique sur un élément dont l'importance sociétale fait consensus », estime la ministre. En l'état, plusieurs constats s'imposent en Belgique : 15 % des jeunes, par exemple, quittent l'école secondaire sans diplôme, « et sans l'usage fonctionnel de la lecture ». D'autre part, entre 1985 et 2013 le nombre de non-lecteurs est passé de 22 % à 38 % de la population. 

 

« Entre 1985 et 2007, la part de population déclarant n'avoir aucun livre à domicile est passée de 9 % à 21 % : autant de familles dont les enfants ne sont en contact avec le livre que grâce à leur milieu scolaire », note Joëlle Milquet. 

 

En outre, ce projet sera soutenu par une campagne, Fureur de Lire, prévue pour octobre 2015. 

 

Entre autres applications concrètes, les parents recevraient, au jour de la naissance de leur enfant, un livret qui leur sera destiné, pour valoriser toute l'importance de la lecture. Il sera également accompagné d'un ouvrage jeunesse, pour l'enfant. 

 

On comptera également avec un « le soutien aux initiatives transversales de promotion de la lecture entre les différents secteurs concernés (par exemple les collaborations entre écoles et bibliothèques ou librairies) qui pourraient être financées via la Loterie Nationale avec une enveloppe réservée à cet effet (à valider par la Ministre) ».

 

Dans les prochains mois, un rapport définira plus précisément quelles mesures concrètes viendront soutenir les premiers pas de ce Plan lecture. Elle le recevra en septembre, et, à partir de 2016, ce rapport sera annualisé, et remis le 24 avril, journée mondiale du livre, de la lecture et du droit d'auteur. 

 

Avant la fin de l'année, une plateforme dédiée à la lecture sera mise en ligne.