Réouverture : les librairies d'Italie perdues entre risques et commerce

Nicolas Gary - 15.04.2020

Edition - Librairies - réouverture librairies Italie - crise sanitaire Italie - librairies public accueil


La réouverture programmée pour ce 14 avril des librairies italiennes, sur décision du Président du Conseil Giuseppe Conte, ne fait pas l’unanimité. Les réactions se sont multipliées ces dernières heures, pour apporter au débat quelques précisions. La crise sanitaire est encore loin d’être achevée, et la relance économique ne justifie pas tout, manifestement.

Giunti al Punto librairie
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

La librairie française de Rome compte parmi les premières à avoir dégainé. Marie-Ève Venturino, sa propriétaire, fait état de données catastrophiques : 80 % de chiffre d’affaires perdu en mars, alors qu’avril « s’approchera de zéro ». Et pire, des « aides financières encore non arrivées qui ne couvriront dans le meilleur des cas que 10 jours de fermeture ».

Le problème devient multiple pour cet établissement qui travaille avec les fournisseurs français : impossible de passer commande, puisque les transporteurs de l’Hexagone n’ont pas repris le travail. En outre, « aucun protocole de deconfinement ni l’adoption de dispositifs clairs de sécurité sanitaire » n’est prévu. 

En l’état, pas question de rouvrir les portes. « Nous sommes heureux que le gouvernement italien ait subitement pris conscience de l’importance des librairies, mais cette soudaine décision révèle d’une profonde méconnaissance du fonctionnement et de l’économie des lieux. » 

Et la libraire de réfléchir à des alternatives, pour survivre en cette période. 

Autre son de cloche chez LÍbrati, à Padoue (Vénétie), ou presque : les conditions de l’accueil sont revues au strict minimum, les mardis et vendredis entre 9h et 19h30. C’est d’ailleurs la règle que la Région a imposée, deux journées d’ouverture maximum. 

Une limite de trois personnes dans l’établissement, gel hydroalcoolique proposé à l’entrée : « Toutes les mesures de sécurité seront garanties — nous préparons depuis des semaines ce moment et les mesures nécessaires ont été soigneusement vérifiées et déployées — afin de réduire le risque à zéro. »

En outre, un service de livraison à domicile va être mis en place, pour les clients qui préfèrent recevoir les ouvrages plutôt que de se déplacer.

Pour beaucoup, l’ouverture est infiniment liée à des questions économiques, et plusieurs établissements soulignent qu’entre le 14 avril et début mai, de toute manière, la situation ne sera pas plus calamiteuse qu’elle ne l’est déjà. D’autant que plusieurs régions ont décidé de prolonger le confinement — la Lombardie fut la première — entraînant un maintien de la fermeture des commerces non essentiels. 
 

Un symbole qui coûterait cher...


Le président de la région Piémont, Alberto Cirio, estime d’ailleurs que la décision est absurde : avec plus de 2000 personnes décédées, il assure se battre pour garder les gens chez eux. « Il faut garder les mesures de confinement, je trouve absurde de permettre à une librairie de rouvrir. Je ne comprends vraiment pas. »

Et d’ajouter : « Je fais tout pour que les gens restent chez eux : ouvrir une librairie signifierait tout bonnement que j’accepte que l’on quitte son domicile pour aller acheter un livre. En ce moment, me semble-t-il, et du moins dans le Piémont, c’est prématuré. C’est pourquoi les papeteries, les librairies et même les boutiques pour enfants sont fermées. » (via La Stampa)

Le président de l’Association des libraires italiens, Paolo Ambrosini, a diffusé une lettre à ses membres, pour signifier que lui prenait acte, mais avait décidé en accord avec les autorités sanitaires, de reprendre l’activité de son propre commerce. Un témoignage fort, et qui se veut rassurant sur la mission de la librairie — sans pourtant convaincre tout un chacun sur la réalité sanitaire. Une affaire de symbole, qui n’est pas partout acceptée.

En effet, quelque 160 acteurs signent un courrier revendiquant un débat vraiment constructif : le groupe LED — Librai Editori Distribuzione, savoure l’attention que le gouvernement porte au métier, mais déplore que les mesures économiques pour le soutenir ne soient pas plus manifestes. 

Et de lister longuement toutes les difficultés que cette réouverture implique : sécurité des clients, sécurité des salariés, et plus largement, sécurité du pays. « Malgré la réouverture des librairies, les mesures restrictives qui limitent la liberté de circulation des personnes restent en vigueur. Est-ce que l’achat d’un livre sera une justification suffisante pour sortir, exactement comme de se rendre au supermarché ? »

Les signataires l’affirment : « La réouverture des librairies ne peut être considérée comme un pur geste symbolique, mais doit être une action structurée et envisagée dans sa globale complexité — de même que cela doit se faire pour toutes les autres activités nécessaires à la vie sociale. »

Pour d’autres commerçants, qu’ActuaLitté a pu solliciter, cette réouverture tient véritablement d’un appel symbolique : par la culture, faire passer un message fort. Mais l’agence de presse AGI, dans un vaste tour d’horizon, montre que selon les territoires, cette initiative ne reçoit pas le même enthousiasme.

De la Sicile à Milan, en Ligurie, en Toscane ou dans le Lazio, les propriétaires optent tout aussi bien pour une prudence prolongée que pour une réouverture salutaire. 

En attendant, en France, le sujet reste pleinement ouvert : le 11 mai verra-t-il le retour des points de vente du livre sur le territoire ? « Les interprétations divergent suite au discours du président de la République. Le ministère de la Culture doit éclaircir tout cela : si les exclusions étaient claires, les autorisations doivent encore se vérifier au cas par cas », nous précise-t-on.

La rue de Valois, contactée par ActuaLitté, n’a pas encore apporté de réponse définitive.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.